Vous êtes justifié | partie 2

La voix de la grâce

Introduction inspirée pendant le moment des dîmes et offrandes avec le pasteur Gwen Dressaire

Une histoire de la Bible démontre vraiment le cœur du père pour ses enfants. C’est la parabole du fils prodigue. Ce n’est pas réellement l’histoire du fils qui s’est éloigné qui est importante, mais l’amour de ce père.

De même Dieu aime les croyants, ceux qui l’ont abandonné, ceux qui ont péché, ceux qui ne le connaissent pas, ceux qui servent dans la maison de façon extraordinaire ou non.

Qu’est-ce que Dieu a dans son cœur pour votre vie ?

Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche. Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les pourceaux. Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait. Étant rentré en lui-même, il se dit : Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes mercenaires. Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. Le fils lui dit : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Mais le père dit à ses serviteurs : Apportez vite la plus belle robe, et l’en revêtez ; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous ; car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir. Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu’il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. Il appela un des serviteurs, et lui demanda ce que c’était. Ce serviteur lui dit : Ton frère est de retour, et, parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras. Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d’entrer. Mais il répondit à son père : Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras ! Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi ; mais il fallait bien s’égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, parce qu’il était perdu et qu’il est retrouvé.
Luc 15:11-32 (Bible, LSG)

Le fils aîné qui était resté à la maison était un serviteur. Quand le fils prodigue est revenu, il s’est fâché, parce qu’il y avait déjà eu partage de l’héritage, c’est-à-dire que le fils prodigue qui revenait allait lui prendre une part qui lui revenait. C’est une mentalité qui vient du monde et non de Dieu, qui oublie que les ressources de Dieu ne sont pas limitées. Pour reprendre l’illustration du pasteur Joël Spinks, la bénédiction de Dieu n’est pas une pizza à séparer en plusieurs parts, mais la possibilité de s’abreuver à une rivière : il y a toujours assez pour vous.

La justification change la façon dont vous vous voyez et voyez les autres.

Le fils aîné en rentrant des champs s’est mis en colère parce que le veau gras avait été tué et qu’il y avait de la danse et de la musique. Il ne voulait pas entrer. Même alors qu’il y avait du jugement de la part de ce fils, le père l’a encouragé à entrer.

Le fils aîné a commencé à vanter son service, sa consécration, sa sainteté devant le père, et il pensait que le père lui devait quelque chose pour son bon comportement. Puis il critique l’autre frère et le rabaisse. Il est dans le camp de l’accusateur, celui qui divise. Il reproche à son père d’avoir béni son jeune frère plutôt que lui.

Le père donne alors trois éléments qui sont essentiels dans la vie du croyant qui vous garderont du jugement sur les autres et sur vous-même et ils vous feront vous voir comme justifié, que la provision est là pour vous et que rien ne vous séparera de l’amour de Dieu pour vous :
– Vous êtes un enfant premièrement avant de le servir ;
– Vous êtes toujours avec lui ;
– Tout ce qui est à Dieu est à vous.

Essentiel du messsage

Vous êtes justifié. Vous ne devez jamais accepter de vivre avec un esprit de condamnation. Ce n’est pas de Dieu. Si vous vous voyez justifié, vous pouvez vous-même devenir un agent de délivrance autour de vous. Il y a un monde chrétien qui vit encore sous la condamnation, et que c’est normal de vivre de cette manière. Il y en a même qui pensent que c’est leur appel de condamner les gens : avec leurs paroles, leurs attitudes. Et ils croient que c’est le Saint-Esprit qui les inspire à faire cela.

Vous devez revenir au cœur de Dieu. Beaucoup sont appelés maintenant à devenir comme Christ. Il y a une armée qui doit se lever et ressembler au seigneur Jésus ! C’est n’est pas normal de se dire chrétien et de n’avoir rien en commun avec lui. Jésus était souriant, gentil, aimable : tellement que les enfants voulaient venir le voir. Les enfants ne sont pas attirés vers les personnes méchantes ou sévères.

Jésus était gentil et respecté. Ce n’est pas parce que vous êtes gentil que vous êtes naïf, stupide et qu’on peut se servir de vous. Jésus avait du discernement.

Dieu veut vous parler et changer la vision que vous avez de vous-même. Et cette vision peut changer si vous recevez la révélation du Saint-Esprit. Ne passez pas à côté de ce qu’il veut vous faire découvrir.

Dieu veut vous révéler qui est Jésus véritablement.

RETOUR SUR LES VÉRITÉS ESSENTIELLES

Vous êtes devenu la justice de Dieu.

Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.
2 Corinthiens 5:21 (Bible, LSG)

Si vous êtes en lui, vous êtes maintenant la justice de Dieu. Vous êtes maintenant dans le royaume de la lumière. Vous êtes saint et irréprochable dans votre position en Christ. Votre condition humaine change et s’améliore, mais Dieu ne vous voit pas à dans votre condition, mais dans votre position en Christ. Selon la nouvelle alliance dans le sang de Jésus, Dieu dit que vous êtes parfait !

[ Jésus notre Seigneur… ] a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification.
Romains 4:25 (Bible, LSG)

Jésus est ressuscité, prouvant qu’il a été victorieux sur la mort. Il a été mort pour votre dette de péché. Il est vivant aujourd’hui et sa vie prouve qu’il a payé le prix pour vous.

BONUS

Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ.
Romains 3:23-24 (Bible, LSG)

Jésus-Christ est la solution pour vous aujourd’hui. Vous êtes gratuitement justifié par sa grâce. C’est une faveur non-méritée de la part de Dieu.

La grâce n’est pas seulement pour être sauvé, mais également pour tous les jours de votre vie. Vous pouvez prêcher l’évangile, mais vous pouvez aussi vivre l’évangile pour votre propre vie !

Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.
Éphésiens 2:8-10 (Bible, LSG)

La religion enseigne que si vous êtes une bonne personne, vous allez mériter le ciel. Dieu va vous pardonner, mais vous avez besoin d’être une bonne personne pour y aller. Ce n’est pas par les œuvres que vous pouvez aller au ciel.

Mais la Bible enseigne que c’est par la grâce uniquement, une faveur, par le moyen de la foi ! Cette grâce ne vient pas de vous, mais de Dieu : le don de la grâce et de la justice.
La foi vivante, véritable, agissante, va produire de bonnes œuvres. La foi sans les œuvres est morte. L’Esprit va produire en vous ces œuvres et elles vont se développer dans votre vie.

C’est par la grâce que vous avez été sauvé, et c’est par la grâce que vous demeurez sauvé. C’est par le moyen de la foi que vous êtes sauvé et demeurez sauvé. Tant que et aussi longtemps que vous croyez que Jésus est sauveur et que vous êtes en lui, vous êtes sauvé !

Ce n’est pas parce que vous avez été sauvé par la grâce que vous devez maintenant vivre sous la loi. Vous ne devez pas vivre comme cela. Vous avez été sauvé, continuez de vivre dans la foi et la grâce.

CETTE RÉVÉLATION VOUS ÉQUIPERA POUR UNE VIE DE SAINTETÉ

Le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.
Romains 6:14 (Bible, LSG)

Quand vous entendez parler de la grâce et de ce que Christ a fait pour vous, vous êtes libéré et vous marchez non sous le péché mais sous la grâce. Vous allez vivre dans la sainteté. Quand vous vivez dans la grâce, le péché ne peut pas dominer sur vous. En tant que juste vous allez vivre dans la sainteté.

CETTE RÉVÉLATION VOUS LIBÉRERA DE TOUTE FORME DE CONDAMNATION

Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ.
Romains 8:1 (Bible, LSG)

Si vous êtes en Jésus vous êtes parfait ! Jésus est parfait, et vous êtes en lui. Jésus ne peut pas être condamné. Donc il ne peut y avoir de condamnation pour vous aujourd’hui.

Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !
Romains 8:33-34 (Bible, LSG)

CE QUE JÉSUS A DIT CONCERNANT LE SAINT-ESPRIT

Le Saint-Esprit n’est pas votre accusateur mais votre CONSOLATEUR et votre GUIDE.

Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur* ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché**, la justice***, et le jugement : en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi ; la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus ; le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé****. J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.
Jean 16:7-12 (Bible, LSG)

* pas l’accusateur
** le péché est singulier : pas les péchés des individus, mais le péché qu’ils ne croient pas en Jésus !
*** Jésus est la personnification de la justice. La justice est possible uniquement en lui.
**** c’est Satan qui est condamné, pas vous.

Un seul péché vous exclut de la vie éternelle, celui de ne pas croire ! Le sang de Christ vous purifie totalement !

Ce texte ne signifie nullement que vous êtes appelé à condamner tout le monde. Ce n’est pas par la condamnation que les gens vont se tourner vers Jésus.

Satan est l’accusateur des frères.
Apocalypse 12:10 (Bible, LSG)

Le grand piège de la condamnation se trouve dans les églises, lorsqu’un prédicateur dénonce un péché et que la personne qui entend pense que c’est le Saint-Esprit qui lui parle au travers de ce prédicateur, parce qu’elle vit la situation mentionnée. Mais c’est Satan qui accuse et condamne.

La religion a amené les gens à croire qu’il était normal de recevoir des coups du Père, comme un châtiment pour leur mauvaise conduite. Ils pensent que malgré leurs erreurs, Dieu leur parle en leur disant combien ils sont méprisables et méritent un fardeau qu’ils ne devraient pas porter.

Il est temps que cette mauvaise conception de la compréhension de qui est le Père change. Il est temps d’arrêter de tordre le sens réel de l’Écriture pour le bon plaisir du diable.

La majorité de l’Église place l’emphase sur la bonne conduite et la consécration des chrétiens plutôt que de choisir de mettre l’emphase sur ce que Jésus à déjà accompli pour les hommes.

La condamnation n’est pas le chemin vers la consécration !

VOICI LA SUITE DE L’ÉTUDE SUR VOTRE JUSTIFICATION

L’ESPRIT NE VOUS CONDUIRA JAMAIS PAR LA CONDAMNATION

Le Saint-Esprit n’a pas été envoyé pour vous condamner, mais il va vous reprendre pour vous éviter des détours, des blessures et vous corriger. Le Saint-Esprit n’est pas là pour vous écraser, mais s’il doit vous reprendre, c’est pour vous montrer le chemin vers le haut.

Il y a une différence entre reprendre et corriger quelqu’un et le condamner et l’écraser. Le Saint-Esprit fait comme faisait Jésus lorsqu’il parlait avec des pécheurs. Il propose la solution.

Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité.
Jean 16:13 (Bible, LSG)

L’Esprit vous guide dans la vérité de qui vous êtes devenu en Christ : saints, justes, irréprochables, justifiés et sans péché.

Il vous conduit dans l’assurance et non dans l’anxiété.

Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu.
1 Jean 5:13 (Bible, LSG)

Si vous êtes parfait, vous n’avez plus besoin de pécher :

Par une seule offrande, [ Christ ] il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.
Hébreux 10:14 (Bible, LSG)

Par une offrande unique, en effet, il a rendu parfait pour toujours ceux qu’il purifie du péché.
Hébreux 10:14 (Bible, Semeur)

Beaucoup gardent l’identité d’être des pauvres pécheurs, mais Dieu vous a rendu parfait ! Celui qui veut que vous croyez être imparfait, c’est l’accusateur des frères, pour vous garder dans l’esclavage. SI vous avez le sentiment de décevoir Dieu tout le temps, allez vous exercer votre foi pour déplacer les montagnes ou même croire que Dieu va vous entendre ? La prière du juste a une grande efficacité. Si vous croyez ne pas être digne, vous n’allez pas pouvoir prier avec audace.

Comment le Saint-Esprit vous reprendra-t-il ? Le Saint-Esprit ne vous corrigera jamais par la maladie, ce n’est pas dans sa nature, même si malheureusement la majorité des églises enseigne cela ! Dieu n’utilisera jamais la maladie pour vous enseigner. C’est une perversion de sa parole.

C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies.
Psaume 103:3 (Bible, LSG)

Dieu ne peut pas vous guérir et vous rendre malade en même temps.

Voici comment Dieu vous guide :

Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre.
2 Timothée 3:16-17 (Bible, LSG)

Lorsque vous avez une révélation d’une chose qui ne va pas dans votre vie, vous allez vous ajuster selon ce que Dieu vous dit.

Des fois, Dieu vous servira du brocoli spirituel (une parole correctrice), afin de vous motiver à changer de parcours pour votre bien ! Et même si vous n’aimez pas le brocoli, c’est quelque chose de bon pour votre santé. Dieu ne vous donnera jamais du poison pour vous aider.

L’apôtre Paul a également envoyé une lettre correctrice aux Corinthiens :

Quoique je vous aie attristés par ma lettre, je ne m’en repens pas. Et, si je m’en suis repenti, car je vois que cette lettre vous a attristés, bien que momentanément, je me réjouis à cette heure, non pas de ce que vous avez été attristés, mais de ce que votre tristesse vous a portés à la repentance ; car vous avez été attristé. En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort.
2 Corinthiens 7:8-10 (Bible, LSG)

Le péché, c’est manquer la cible. Lorsque vous n’accomplissez pas la volonté parfaite de Dieu, c’est un péché. Lorsque vous avez une tristesse suite à cela, par une révélation, votre repentance (votre changement de mentalité) vous conduit à une délivrance.

Dieu, votre père céleste, veut votre bien. Jésus a été brisé sur la croix pour vous, pour que vous soyez restauré aujourd’hui.

Comment discerner si c’est le Saint-Esprit, ou la chair, ou quelqu’un ?

Prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant.
2 Timothée 4:2 (Bible, LSG)

Le cœur du Père est un cœur aimant, un cœur rempli de douceur.

Le Saint-Esprit vous conduit dans la vérité de sa parole, vous reprenant au besoin pour votre protection et non pour votre condamnation.

QU’EST-CE QUI ATTRISTE VRAIMENT DIEU ?

Certes, le péché attriste le Saint-Esprit, mais la Bible n’attribue pas cette désignation à n’importe quelle sorte de péché ! Lorsque vous croyez que vos manquements attristent Dieu constamment, vous vivez sous une pression constante, liée à une performance pour plaire à Dieu. Si vous pensez que Dieu est déçu de vous tout le temps, vous n’allez pas pouvoir évoluer dans votre vie. Voyons ce que la Bible révèle à ce sujet.

Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent. N’attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous*. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ.
Éphésiens 4:29-32 (Bible, LSG)

* la dureté du coeur, la méchanceté attriste le Saint-Esprit

Le Saint-Esprit est attristé envers les personnes dures : avec un cœur dur, des paroles dures, un esprit de méchanceté.

Un autre endroit dans la Bible ou vous pouvez voir que le Seigneur fut attristé, c’est à cause du comportement de religieux qui étaient endurcis :

Alors, promenant ses regards sur eux avec indignation, et en même temps affligé de l’endurcissement de leur coeur, il dit à l’homme : Étends ta main. Il l’étendit, et sa main fut guérie.
Marc 3:5 (Bible, LSG)

L’IMPORTANCE D’ÊTRE GRACIEUX

La femme lui dit : Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici. Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. La femme répondit : Je n’ai point de mari. Jésus lui dit : Tu as eu raison de dire : Je n’ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.
Jean 4 :15-19 (Bible, PDV)

Dans le contexte de l’époque, un homme ne parlait pas à une femme, un juif ne parlait pas à un samaritain parce qu’ils étaient en conflit. Mais Jésus s’est adressé à cette femme quand même. Jésus demande à cette femme d’aller chercher son mari : Jésus connaissait la vie de cette femme et voulait dénoncer le péché dans sa vie. Lorsqu’elle lui avoue qu’elle n’a pas de mari et Jésus la félicite pour cette vérité qui sort de sa bouche. Jésus a essayé de trouver la chose avec laquelle il pouvait se mettre en accord avec elle. Jésus lui révèle qu’il sait que l’homme qui vit avec elle maintenant n’est pas son mari, et il trouve le moyen de la féliciter une deuxième fois d’avoir répondu juste la première fois.

Jésus aurait pu décrire la vie de cette femme et l’humilier, la mépriser. Cependant, ce n’est pas la dureté qui a amené la conversion de cette Samaritaine, mais c’était l’offre aimante de Jésus qui donnait de l’eau vive, malgré l’indignité de cette femme, qui l’a sauvée. Cette femme a trouvé son salut quand elle a rencontré ce Jésus aimant.

Votre façon de vous voir va changer une fois pour toute. Vous allez vivre dans la sainteté comme jamais auparavant lorsque vous savez que vous êtes saint. Vous ne vivrez plus jamais selon la condamnation et vous allez discerner les voix et savoir que ce n’est pas le Saint-Esprit qui vous condamne.
Le Saint-Esprit va vous reprendre toujours avec amour, comme le Père est amour !