2 Rois 2

  1. Lorsque l’Éternel fit monter Élie au ciel dans un tourbillon, Élie partait de Guilgal avec Élisée.

    Ce chapitre décrit le récit où l’Éternel enleva Élie au ciel. Son serviteur, Élisée, lui succéda.

  2. Élie dit à Élisée : Reste ici, je te prie, car l’Éternel m’envoie jusqu’à Béthel. Élisée répondit : L’Éternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai point. Et ils descendirent à Béthel.

    Élisée fut un serviteur loyal du prophète Élie.

  3. Les fils des prophètes qui étaient à Béthel sortirent vers Élisée, et lui dirent : Sais-tu que l’Éternel enlève aujourd’hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit : Je le sais aussi ; taisez-vous.

    Les fils des prophètes de Béthel confirmèrent à Élisée le départ imminent d’Élie.

  4. Élie lui dit : Élisée, reste ici, je te prie, car l’Éternel m’envoie à Jéricho. Il répondit : L’Éternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai point. Et ils arrivèrent à Jéricho.
  5. Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho s’approchèrent d’Élisée, et lui dirent : Sais-tu que l’Éternel enlève aujourd’hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit : Je le sais aussi ; taisez-vous.

    Les fils des prophètes à Jéricho confirmèrent le même message à Élisée concernant le départ imminent d’Élie.

  6. Élie lui dit : Reste ici, je te prie, car l’Éternel m’envoie au Jourdain. Il répondit : L’Éternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai point. Et ils poursuivirent tous deux leur chemin.
  7. Cinquante hommes d’entre les fils des prophètes arrivèrent et s’arrêtèrent à distance vis-à-vis, et eux deux s’arrêtèrent au bord du Jourdain.
  8. Alors Élie prit son manteau, le roula, et en frappa les eaux, qui se partagèrent çà et là, et ils passèrent tous deux à sec.

    2 Rois 2:6-8
    Élie se rendit devant le Jourdain, là où il sépara les eaux par la puissance de Dieu.

  9. Lorsqu’ils eurent passé, Élie dit à Élisée : Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d’avec toi. Élisée répondit : Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit !

    Élisée a reçu la grâce d’entendre le prophète Élie lui faire une offre précieuse. « Lorsqu’ils eurent passé, Élie dit à Élisée : Que voudrais-tu que je fasse pour toi ? Demande-le-moi avant que je sois enlevé loin de toi. Élisée répondit : J’aimerais recevoir une double part de l’Esprit qui réside en toi. » (traduction Semeur).

  10. Élie dit : Tu demandes une chose difficile. Mais si tu me vois pendant que je serai enlevé d’avec toi, cela t’arrivera ainsi ; sinon, cela n’arrivera pas.

    Cette requête difficile n’était pas impossible pour Dieu ! | « Jésus les regarda, et leur dit : Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible. » (Matthieu 19:26).

  11. Comme ils continuaient à marcher en parlant, voici, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l’un de l’autre, et Élie monta au ciel dans un tourbillon.
  12. Élisée regardait et criait : Mon père ! Mon père ! Char d’Israël et sa cavalerie ! Et il ne le vit plus. Saisissant alors ses vêtements, il les déchira en deux morceaux,
  13. et il releva le manteau qu’Élie avait laissé tomber. Puis il retourna, et s’arrêta au bord du Jourdain ;
  14. il prit le manteau qu’Élie avait laissé tomber, et il en frappa les eaux, et dit : Où est l’Éternel, le Dieu d’Élie ? Lui aussi, il frappa les eaux, qui se partagèrent çà et là, et Élisée passa.

    2 Rois 2:11-14
    Le prophète Élie fut enlevé au ciel et son serviteur, Élisée, reçut une double onction de cette puissance divine qui avait accompagné son mentor. L’ouverture surnaturelle du Jourdain confirma que l’onction avait bel et bien été transmise à Élisée.

  15. Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho, vis-à-vis, l’ayant vu, dirent : L’esprit d’Élie repose sur Élisée ! Et ils allèrent à sa rencontre, et se prosternèrent contre terre devant lui.

    Quand l’onction est présente sur un serviteur de Dieu, elle est visible et concrète.

  16. Ils lui dirent : Voici, il y a parmi tes serviteurs cinquante hommes vaillants ; veux-tu qu’ils aillent chercher ton maître ? Peut-être que l’esprit de l’Éternel l’a emporté et l’a jeté sur quelque montagne ou dans quelque vallée. Il répondit : Ne les envoyez pas.
  17. Mais ils le pressèrent longtemps ; et il dit : Envoyez-les. Ils envoyèrent les cinquante hommes, qui cherchèrent Élie pendant trois jours et ne le trouvèrent point.
  18. Lorsqu’ils furent de retour auprès d’Élisée, qui était à Jéricho, il leur dit : Ne vous avais-je pas dit : N’allez pas ?

    2 Rois 2:16-18
    L’homme naturel cherche dans le monde naturel et ne trouve pas. L’homme spirituel reçoit les choses de l’Esprit de Dieu et avance avec foi.

  19. Les gens de la ville dirent à Élisée : Voici, le séjour de la ville est bon, comme le voit mon seigneur ; mais les eaux sont mauvaises, et le pays est stérile.
  20. Il dit : Apportez-moi un plat neuf, et mettez-y du sel. Et ils le lui apportèrent.
  21. Il alla vers la source des eaux, et il y jeta du sel, et dit : Ainsi parle l’Éternel : J’assainis ces eaux ; il n’en proviendra plus ni mort, ni stérilité.
  22. Et les eaux furent assainies, jusqu’à ce jour, selon la parole qu’Élisée avait prononcée.

    2 Rois 2:19-22
    Le récit révèle que la puissance surnaturelle d’Élie était maintenant très présente dans la vie d’Élisée. Il rendit potable une eau non-potable miraculeusement.

  23. Il monta de là à Béthel ; et comme il cheminait à la montée, des petits garçons sortirent de la ville, et se moquèrent de lui. Ils lui disaient : Monte, chauve ! monte, chauve !
  24. Il se retourna pour les regarder, et il les maudit au nom de l’Éternel. Alors deux ours sortirent de la forêt, et déchirèrent quarante-deux de ces enfants.
  25. De là il alla sur la montagne du Carmel, d’où il retourna à Samarie.

    2 Rois 2:23-25
    Des moqueurs furent dévorés par des ours après s’être moqués du prophète Élisée. Certains commentateurs bibliques affirment que la désignation « petits garçons » (du verset 23) pourrait concerner des hommes aussi vieux que 40 ans. | Il semblerait qu’une telle irrévérence impliquait un mépris de l’Éternel que le prophète représentait.