2 Timothée 1

  1. Paul, apôtre de Jésus Christ, par la volonté de Dieu, pour annoncer la promesse de la vie qui est en Jésus Christ,

    Paul fut un envoyé de Dieu, un apôtre, ayant reçu des révélations de Jésus-Christ ; le message de la grâce qu’il devait ensuite annoncer aux nations.

  2. à Timothée, mon enfant bien-aimé : que la grâce, la miséricorde et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus Christ notre Seigneur !
  3. Je rends grâces à Dieu, que mes ancêtres ont servi, et que je sers avec une conscience pure, de ce que nuit et jour je me souviens continuellement de toi dans mes prières,
  4. me rappelant tes larmes, et désirant te voir afin d’être rempli de joie,
  5. gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j’en suis persuadé, habite aussi en toi.

    2 Timothée 1:3-5
    L’apôtre Paul remercia Dieu pour Timothée, son fils spirituel bien-aimé, qui pleura lorsqu’il le quitta. Notons que l’apôtre lui envoya cette lettre à partir de sa prison à Rome. | L’apôtre mentionna que Timothée avait une foi sincère tout comme l’avaient eu sa grand-mère Loïs et sa mère Eunice. Ces dernières eurent préparé le cœur de Timothée à accepter Jésus-Christ en lui enseignant, dès son enfance, les écritures de l’Ancien Testament. Cette lecture le prépara à reconnaître le messie lorsqu’il apparaîtrait. Timothée était le fils d’un père Grec et d’une mère Juive.

  6. C’est pourquoi je t’exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains.

    Timothée avait besoin d’être encouragé dans sa foi concernant son appel ministériel. L’apôtre Paul lui dit, dans 1 Timothée 1:18, de livrer le bon combat de la foi à partir des paroles prophétiques qu’il avait reçues précédemment. Au verset 6 de ce chapitre, l’apôtre lui dit de « ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains ». Pourquoi toutes ses paroles lui rappelant de son ordination ou de sa reconnaissance ministérielle ? Il vivait fort probablement de l’opposition spirituelle menant au découragement, au doute et aux questionnements. L’apôtre voulait l’encourager à la confiance et à la fidélité.

  7. Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse.

    L’apôtre Paul rappela à Timothée que le Saint-Esprit habitait en lui, alors il n’était pas seul dans sa mission. Lisons ce verset dans la traduction Semeur : « Dieu nous a donné un Esprit qui, loin de faire de nous des lâches, nous rend forts, aimants et réfléchis. ». Si l’apôtre lui parla ainsi c’est parce que Timothée avait besoin de l’entendre !

  8. N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Évangile,
  9. par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos oeuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ avant les temps éternels,
  10. et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Évangile.

    2 Timothée 1:8-10
    Sachant que l’apôtre Paul était emprisonné à Rome par Néron, l’empereur romain extrêmement cruel et sadique, Timothée devait craindre pour sa vie ! L’apôtre l’exhorta à souffrir avec lui pour l’Évangile. Il ne s’agissait pas ici d’une souffrance de la malédiction de la loi, comme certains l’ont enseigné, mais d’une souffrance reliée à la persécution causée par une identification à Jésus-Christ. L’apôtre releva, au verset 10, une vérité qui devait rassurer Timothée. Lisons un extrait de ce verset à partir de la traduction Semeur : « […] Jésus-Christ a brisé la puissance de la mort et, par l’Évangile, a fait resplendir la lumière de la vie et de l’immortalité. ». Autrement dit, peu importe ce qui pourrait nous arriver physiquement, nous sommes déjà immortels grâce au salut en Jésus-Christ. « Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » (Jean 11:25-26). En fait, l’enfant de Dieu a déjà la vie éternelle et est spirituellement immortel ! | « Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous
    avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. » (1 Jean 5:13). | « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. » (Jean 6:47).

  11. C’est pour cet Évangile que j’ai été établi prédicateur et apôtre, chargé d’instruire les païens.
  12. Et c’est à cause de cela que je souffre ces choses ; mais j’en ai point honte, car je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder mon dépôt jusqu’à ce jour-là.

    2 Timothée 1:11-12
    Si certaines personnes avaient honte de l’Évangile, à cause des emprisonnements des chrétiens, l’apôtre Paul s’affirmait pour Christ sans aucune gêne. Il avait pleinement confiance que l’Éternel était en mesure de compléter ce qu’il avait commencé en lui. Dieu avait la capacité de le garder fidèlement alors il plaça sa foi en lui.

  13. Retiens dans la foi et dans la charité qui est en Jésus Christ le modèle des saines paroles que tu as reçues de moi.
  14. Garde le bon dépôt, par le Saint Esprit qui habite en nous.
  15. Tu sais que tous ceux qui sont en Asie m’ont abandonné, entre autres Phygelle et Hermogène.

    2 Timothée 1:13-15
    Contrairement au mauvais modèle de Phygelle et Hermogène, éternellement inscrit dans la Bible comme étant des infidèles, l’apôtre Paul exhorta Timothée à retenir, à conserver, ce dépôt spirituel des paroles qu’il lui avait transmises. Nous savons que l’apôtre avait communiqué à Timothée des paroles divinement inspirées, l’équipant pour toute sa vie spirituelle.

  16. Que le Seigneur répande sa miséricorde sur la maison d’Onésiphore, car il m’a souvent consolé, et il n’a pas eu honte de mes chaînes ;
  17. au contraire, lorsqu’il est venu à Rome, il m’a cherché avec beaucoup d’empressement, et il m’a trouvé.
  18. Que le Seigneur lui donne d’obtenir miséricorde auprès du Seigneur en ce jour-là. Tu sais mieux que personne combien de services il m’a rendus à Éphèse.

    2 Timothée 1:16-18
    Onésiphore était un croyant qui n’avait point honte d’être associé à l’apôtre Paul, un prisonnier de Rome. Au contraire, il cherchait à le voir et à le consoler. La traduction Semeur dit, au verset 18 : « Que le Seigneur lui donne d’avoir part à la compassion du Seigneur au jour du jugement. ». Onésiphore avait semé de la compassion dans la vie de l’apôtre Paul alors il pria pour lui pour une récolte dans ce sens.