2 Timothée 2

  1. Toi donc, mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus Christ.

    La grâce divine, ou la faveur imméritée de Dieu, est une source de fortification pour tout enfant de Dieu et pour tous leaders spirituels tel que Timothée.

  2. Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l’enseigner aussi à d’autres.

    L’apôtre Paul s’était investi en Timothée. Il s’était déversé en lui, lui transmettant l’Évangile de la grâce. C’était maintenant à Timothée de se multiplier spirituellement, mais il devait discerner qui seraient ses étudiants. La version Semeur précise : « […] transmets-le à des personnes dignes de confiance qui seront capables à leur tour d’en instruire d’autres. ». Il y avait donc deux critères importants à discerner : 1 – l’intégrité de l’élève et 2 – la capacité de l’élève à pouvoir se reproduire. L’intégrité est une qualité vitale recherchée chez l’enseignant. Si une personne n’est pas digne de confiance, elle pourrait se multiplier mais transmettre ses mauvais comportements et ses fausses doctrines.

  3. Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus Christ.

    Cette souffrance concerne notre identification à Jésus-Christ et n’a rien avoir avec la maladie ou d’autres malédictions telles que mentionnées dans Deutéronome 28. Rappelons-nous que le chrétien n’est plus maudit mais béni en Jésus-Christ (Éphésiens 1:3, Galates 3:13-14).

  4. Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé ;
  5. et l’athlète n’est pas couronné, s’il n’a combattu suivant les règles.
  6. Il faut que le laboureur travaille avant de recueillir les fruits.
  7. Comprends ce que je dis, car le Seigneur te donnera de l’intelligence en toutes choses.

    Examinons de près et commentons ce passage : « Il n’est pas de soldat [le ministre de l’Évangile est ici comparé à un soldat] qui s’embarrasse des affaires de la vie [le ministre ne doit pas s’éparpiller dans une multitude d’activités naturelles car il est premièrement engagé dans une guerre spirituelle, exigeant une attention précise : celle du service pour Dieu], s’il veut plaire [le ministre saura plaire à Dieu en marchant par la foi] à celui qui l’a enrôlé [Dieu est celui qui appelle et qui enrôle ses représentants] ; et l’athlète [le ministre de l’Évangile est ici comparé à un athlète qui doit être spirituellement exercé et en pleine forme] n’est pas couronné [il ne verra pas la victoire], s’il n’a combattu [le ministre de l’Évangile est engagé dans le combat de la foi] suivant les règles [tout comme un athlète suivra les règles d’un sport, le ministre honorera les lois spirituelles divines]. Il faut que le laboureur [le ministre de l’Évangile est ici comparé à un ouvrier, un agriculteur] travaille [pareillement, le ministre de l’Évangile ne sera pas oisif mais il sera spirituellement engagé, s’entretenant dans la lecture, l’étude et la méditation de la parole de Dieu. Il servira l’Éternel dans sa vie de prière, intercédant et déclarant la parole, selon la direction du Saint-Esprit] avant de recueillir les fruits [les fruits d’une vie consacrée seront produits par une vie abandonnée entre les mains du Saint-Esprit]. Comprends ce que je dis, car le Seigneur te donnera de l’intelligence en toutes choses [l’apôtre Paul priait dans ce sens pour Timothée, croyant que Dieu lui donnerait une telle sagesse, voir Éphésiens 1:15-18]. ».

  8. Souviens-toi de Jésus Christ, issu de la postérité de David, ressuscité des morts, selon mon Évangile,
  9. pour lequel je souffre jusqu’à être lié comme un malfaiteur. Mais la parole de Dieu n’est pas liée.

    2 Timothée 2:8-9
    Timothée pouvait suivre les instructions que l’apôtre Paul venait de lui donner en se rappelant de la vie miraculeuse de Jésus-Christ. | L’apôtre souffrait, lié en prison comme un criminel à cause de sa foi en Jésus-Christ.

  10. C’est pourquoi je supporte tout à cause des élus, afin qu’eux aussi obtiennent le salut qui est en Jésus Christ, avec la gloire éternelle.

    L’apôtre Paul fut emprisonné pour sa foi en Jésus-Christ et par amour pour les perdus. Ces derniers, les élus Juifs et non-Juifs, seraient sauvés grâce à son ministère. Précisons que Christ est l’élu (Ésaïe 42:1, Luc 23:35), alors tous ceux qui sont plongés « en lui » sont automatiquement élus pour la vie éternelle, simplement parce qu’ils sont en Jésus-Christ. | Approfondissez vos connaissances sur l’élection et la prédestination dans le chapitre sur le salut dans « Le Disciple Victorieux ».

  11. Cette parole est certaine : Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ;

    Nous sommes morts au péché (Romains 6:2) et morts avec Christ (Romains 6:8). Le vieil homme pécheur est mort et le nouvel homme saint est vivant (Colossiens 3:9-10) : « Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ. » (Romains 6:11).

  12. si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions, lui aussi nous reniera ;

    Vous êtes sauvés, réconciliés avec Dieu le père et en route vers le ciel « […] si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l’espérance de l’Évangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel, et dont moi Paul, j’ai été fait ministre. » (Colossiens 1:23). | Nous demeurons sauvés de la même façon que nous avons été sauvés : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » (Éphésiens 2:8-9). | Découvrez l’enseignement « La persévérance des saints » dans le chapitre sur le salut dans « Le Disciple Victorieux ». | Nous sommes des enfants de Dieu (Jean 1:12) ayant été adoptés dans sa famille royale (1 Pierre 2:9) et appelés à régner dans cette vie par Jésus-Christ (Romains 5:17). Ceci dit, si nous le renions, ce serait à notre immense perte ! Jésus a dit : « C’est pourquoi, quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux ; mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux. » (Matthieu 10:32-33).

  13. si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même.

    Ce verset révèle que Dieu est un Dieu d’intégrité. Même si l’Éternel est souverain et tout puissant, il ne peut pas mentir (Nombres 23:19). En parlant de Dieu, dans la traduction King James, nous lisons : « […] tu as magnifié ta parole au-dessus de tout ton nom. » (Psaume 138:2), c’est-à-dire que la réputation de Dieu est rattachée à sa parole. Il a lui-même choisi de se soumettre à sa propre parole. | Découvrez l’enseignement « La confession de la parole de foi » afin d’approfondir vos connaissances sur l’intégrité de la parole Dieu.

  14. Rappelle ces choses, en conjurant devant Dieu qu’on évite les disputes de mots, qui ne servent qu’à la ruine de ceux qui écoutent.

    Les disputes sont à éviter. L’apôtre Paul devait le mentionner car les querelles sont naturellement humaines : l’homme aime parler pour parler mais certaines conversations sont inutiles et également propices aux conflits. La sagesse nous éloigne de tels échanges non-productifs.

  15. Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n’a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité.

    Lisons et commentons ce verset dans la traduction Semeur : « Efforce-toi [il y aura un certain travail et des efforts à déployer afin de bien connaître le texte biblique] de te présenter devant Dieu en homme qui a fait ses preuves [en opposition à un homme paresseux qui n’a pas bien étudié et qui dit n’importe quoi !], en ouvrier qui n’a pas à rougir [de honte] de son ouvrage [de son enseignement ou de sa prédication], parce qu’il transmet correctement la Parole de vérité [en opposition à celui qui enseigne de fausses doctrines]. ». | Notons que l’apôtre Paul écrivait selon la sagesse divine qui lui avait été donnée. C’est exactement ce que l’apôtre Pierre dit ici : « C’est ce qu’il fait [en parlant de Paul] dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine. » (2 Pierre 3:16). La Bible n’est pas toujours si facile à comprendre. Il faut l’interpréter à la lumière de tout le conseil de Dieu. Pour y arriver, il faut la lire, l’étudier, la méditer, tout en connaissant le cœur de Dieu. Une forme d’ignorance concerne celui qui ne connaît pas véritablement l’auteur du livre ! Ceux qui enseignent au nom de Dieu, tout en assassinant son caractère, lui attribuant les œuvres de Satan, tordent le sens des textes. Ils n’ont pas de révélation sur l’auteur de celui qui a inspiré le texte. Cela mène à leur propre ruine ainsi que la destruction des auditeurs ignorants qui sont influencés par leurs fausses doctrines.

  16. Évite les discours vains et profanes ; car ceux qui les tiennent avanceront toujours plus dans l’impiété, et leur parole rongera comme la gangrène.
  17. De ce nombre sont Hyménée et Philète,
  18. qui se sont détournés de la vérité, disant que la résurrection est déjà arrivée, et qui renversent la foi de quelques uns.

    2 Timothée 2:16-18
    Une multitude de chrétiens aiment parler de doctrines controversées qui suscitent des divisions plutôt que d’unir les croyants. D’autres bavardent, racontant des choses simplement honteuses qui découragent la foi. L’Esprit de Dieu nous appelle à éviter ces discours inutiles et spirituellement nocifs, tels que ceux d’Hyménée et de Philète qui enseignaient que la résurrection avait déjà eu lieu. | Lisons le verset 16 dans la traduction King James : « Mais évite les bavardages profanes et vains ; car ils produiront plus d’impiété. ». Autrement dit, dans la traduction Nouvelle Bible Français Courant, nous lisons : « Évite les bavardages vides et contraires à la foi, car ceux qui s’y livrent s’éloigneront de plus en plus de Dieu. ». Nous pouvons édifier ou démolir les gens par nos paroles. Choisissons donc des paroles édifiantes et conformes à la foi : « Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent. » (Éphésiens 4:29).

  19. Néanmoins, le solide fondement de Dieu reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent ; et : Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité.

    La traduction Semeur dit : « Cependant, le solide fondement posé par Dieu demeure ; il porte, en guise de sceau, les inscriptions suivantes : le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent et qu’il se détourne du mal, celui qui affirme qu’il appartient au Seigneur ». | Peu importe les discours religieux qui peuvent sortir des bouches, Dieu connaît ses véritables enfants et non seulement ceux qui parlent de lui. Que les véritables enfants de Dieu s’éloignent de tout ce qui déplaît à l’Éternel, incluant des discours vains et destructeurs.

  20. Dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais il y en a aussi de bois et de terre ; les uns sont des vases d’honneur, et les autres sont d’un usage vil.
  21. Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne oeuvre.

    2 Timothée 2:20-21
    Nos choix personnels (Deutéronome 30:19) déterminent ce que nous deviendrons dans la maison de Dieu. Ce n’est pas Dieu qui choisira pour nous si nous marcherons dans la sainteté ou dans le péché. L’enfant de Dieu qui choisit le chemin de la pureté deviendra « un vase d’honneur, sanctifié [mis à part pour Dieu], utile à son maître, propre [disponible] à toute bonne œuvre. ». Dieu honore et élève ceux qui l’honorent. | Découvrez l’enseignement « Comment recevoir la victoire sur le péché » afin d’approfondir vos connaissances sur ce sujet vital pour chaque enfant de Dieu.

  22. Fuis les passions de la jeunesse, et recherche la justice, la foi, la charité, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un coeur pur.

    Remarquons deux vérités importantes : premièrement, nous devons fuir, ou éviter, le chemin du péché. Le dictionnaire Larousse définit le mot « fuir » comme ceci : « Quitter rapidement un lieu pour échapper à une menace, à un danger réel ou supposé. ». Voilà comment nous devrions estimer le chemin du péché : un danger véritable à éviter à tout prix ! Deuxièmement, notre entourage est extrêmement important si nous voulons demeurer sur le bon chemin. La traduction Semeur dit : « Fais tous tes efforts pour cultiver la foi, l’amour et la paix avec tous ceux qui font appel au Seigneur d’un cœur pur. ». Ceci indique que nous devrions chercher à nous entourer de ceux qui prient le Seigneur d’un cœur pur car leur influence sera positive dans notre marche chrétienne. | Découvrez l’enseignement « Le fruit de l’Esprit » afin d’aller plus loin dans votre étude de la vie selon le cœur de Dieu.

  23. Repousse les discussions folles et inutiles, sachant qu’elles font naître des querelles.
  24. Or, il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles ; il doit, au contraire, avoir de la condescendance pour tous, être propre à enseigner, doué de patience ;
  25. il doit redresser avec douceur les adversaires, dans l’espérance que Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité,
  26. et que, revenus à leur bon sens, ils se dégageront des pièges du diable, qui s’est emparé d’eux pour les soumettre à sa volonté.

    2 Timothée 2:23-26
    Le serviteur de Dieu devrait savoir que certaines conversations mèneront aux querelles qui sont absolument à éviter. Au contraire, il ne devrait pas chercher à débattre avec les hommes mais à les aimer. Il doit être « […] aimable envers tout le monde, capable d’enseigner [la bonne doctrine, ayant reçu la révélation de la vérité], et de supporter les difficultés [avoir de l’endurance spirituelle]. Il doit instruire avec douceur [contrairement à une disposition agressive et impolie] les contradicteurs. » (versets 24-25, traduction Semeur). En fait, si nous ne cherchons pas à gagner que des arguments, nous pourrons gagner des âmes pour Jésus ! Il est préférable d’aimer les gens plutôt que d’aimer avoir toujours raison. Bien-sûr, l’idée ici n’est pas d’endosser le mensonge mais d’éviter des conflits inutiles.