2 Timothée 4

  1. Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume,

    Jésus-Christ jugera tous les hommes devant le grand trône blanc (Apocalypse 20:11-12), à l’exception des croyants qui ne seront pas jugés pour leurs péchés car ces derniers furent pardonnés (Jean 5:24). Les croyants comparaîtront devant le tribunal de Christ afin que leurs œuvres (1 Corinthiens 3:11-15) soient jugées et récompensées : « Car il nous faut tous [les croyants] comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps (2 Corinthiens 5:10). | Approfondissez vos connaissances sur l’eschatologie, l’étude des temps de la fin, dans « L’Apocalypse commenté ».

  2. prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant.

    L’apôtre Paul exhorta son fils spirituel Timothée à la prédication de la parole de Dieu. L’homme de Dieu doit préparer le messager plutôt que de simplement préparer un message. L’apôtre Paul lui dit qu’il devait être prêt à prêcher en tout temps, en toute occasion. Soulignons aussi le fait que Timothée devait apporter la parole correctrice « avec toute douceur et en instruisant ». Nombreux sont ceux qui prêchent utilisant un ton dur, dépourvu du cœur de Dieu. Ils écrasent ceux qui les écoutent plutôt que de les instruire dans la vérité. Que l’Esprit de Dieu se révèle à ceux qui représentent mal le Dieu de la Bible.

  3. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs,
  4. détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.

    2 Timothée 4:3-4
    L’apôtre Paul avertit Timothée qu’il y aurait un temps où les prédicateurs prêcheraient ce que les hommes veulent entendre plutôt que de prêcher la vérité de Dieu. Ils prêcheront de pures inventions humaines plutôt que la vérité de la parole de Dieu. | Notons que l’enfant de Dieu peut discerner si un message est vrai en s’assurant que : 1 – le message soit biblique ; 2 – le message est prêché tenant compte de l’alliance de la grâce dans laquelle nous vivons. Un enseignant pourrait très bien citer des versets de l’Ancien Testament, mais s’il prêche un message ancré dans l’ancienne alliance (la loi mosaïque), omettant l’œuvre de la croix, son enseignement mènera à toutes sortes de fausses doctrines. Cela explique l’accent des œuvres de « consécration » dans l’Église aujourd’hui. La prédication de la loi (présentant des lois modernes : Priez ! Lisez la Bible ! Évangélisez !) transmet aux hommes un sentiment de réussite, car ils marchent selon une nouvelle loi, pensant l’honorer. Certes, ces pratiques spirituelles sont excellentes, mais elles mènent à la défaite si elles remplacent la puissance de la grâce ! Les hommes aiment entendre des messages sur la performance humaine car le sentiment d’être saint, par les œuvres, nourrit l’orgueil spirituel des religieux. Les hommes s’imaginent être justes par eux-mêmes mais ils se trompent : « Nous sommes tous comme des impurs, et toute notre justice est comme un vêtement souillé ; nous sommes tous flétris comme une feuille, et nos crimes nous emportent comme le vent. » (Ésaïe 64:6). C’est donc la raison pour laquelle nous avons besoin de la grâce en Jésus-Christ : « Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes [ou nos bonnes oeuvres] ; c’est Jésus Christ le Seigneur que nous prêchons, et nous nous disons vos serviteurs à cause de Jésus. » (2 Corinthiens 4:5).

  5. Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’oeuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère.

    Timothée devait être courageux, souffrant la persécution reliée à son identification à Jésus-Christ.

  6. Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche.

    La traduction Semeur dit : « Car, en ce qui me concerne, je suis près d’offrir ma vie comme une libation pour Dieu. Le moment de mon départ est arrivé. ». Le terme « libation » se réfère aux sacrifices de l’ancienne alliance (Exode 29:41). Ici, l’apôtre Paul dit qu’il était prêt à offrir sa vie, tout comme un vin était versé sur les offrandes de fleur de farine qui accompagnaient certains sacrifices. L’apôtre Paul disait simplement qu’il était prêt à quitter ce monde afin d’entrer dans la félicité céleste.

  7. J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.
  8. Désormais la couronne de justice m’est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.

    L’apôtre Paul se référa ici au « bon combat de la foi » (1 Timothée 6:12). La couronne de justice lui était destinée, car il avait cru en cette justice disponible par sa foi en Jésus-Christ. Il précisa que cette couronne serait remise à « tous ceux qui auront aimé son avènement », ou à « tous ceux qui, avec amour, attendent sa venue » (traduction Semeur). Ceux qui attendent vraiment l’enlèvement de l’Église (1 Thessaloniciens 4:16-17) se préparent spirituellement (Apocalypse 19:7) pour ce jour glorieux.

  9. Viens au plus tôt vers moi ;
  10. car Démas m’a abandonné, par amour pour le siècle présent, et il est parti pour Thessalonique ; Crescens est allé en Galatie, Tite en Dalmatie.
  11. Luc seul est avec moi. Prends Marc, et amène-le avec toi, car il m’est utile pour le ministère.
  12. J’ai envoyé Tychique à Éphèse.
  13. Quand tu viendras, apporte le manteau que j’ai laissé à Troas chez Carpus, et les livres, surtout les parchemins.

    2 Timothée 4:9-13
    L’apôtre Paul conclut sa lettre à Timothée, lui exprimant son désir qu’il vienne rapidement auprès de lui, soulignant aussi des noms qui méritaient d’être mentionnés. Le verset 10 mentionne Démas, illustrant bien une vérité enseignée par le seigneur Jésus : « Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse. » (Matthieu 13:22). | Toujours au verset 10, nous lisons l’unique mention de Crescens, qui, selon la tradition, aurait fondé l’église en France. Tite en Dalmatie se réfère à la Yougoslavie. Au verset 11, nous retrouvons Luc et Marc, les auteurs des évangiles qui portent leurs noms. Au verset 12, Tychique aurait été responsable pour la transmission de cette épitre, remplaçant possiblement Timothée à Éphèse, quand Timothée se serait rendu à Rome. | L’apôtre Paul mentionna ses livres et parchemins, qui se réfèrent fort probablement aux saintes écritures.

  14. Alexandre, le forgeron, m’a fait beaucoup de mal. Le Seigneur lui rendra selon ses oeuvres.
  15. Garde-toi aussi de lui, car il s’est fortement opposé à nos paroles.

    2 Timothée 4:14-15
    Alexandre le forgeron blasphémateur, sera éternellement inscrit dans la Bible, décrivant un homme infidèle et déloyal qui avait « fait beaucoup de mal » à l’apôtre Paul. Ce dernier ne lui souhaitait pas du mal en disant : « Le Seigneur lui donnera ce que ses actes méritent. » (traduction Parole de vie). Cela n’était qu’une vérité le concernant, respectant la loi divine des semences et des récoltes. Alexandre, le forgeron, fut probablement le même ayant été livré à Satan dans 1 Timothée 1:20 (et mentionné dans Actes 19:33). | Soulignons qu’il est approprié pour un père spirituel d’avertir ses fils spirituels de certains hommes qui pourraient leur faire du tort. La motivation n’est pas de se venger contre un offenseur mais de protéger les innocents.

  16. Dans ma première défense, personne ne m’a assisté, mais tous m’ont abandonné. Que cela ne leur soit point imputé !

    L’apôtre Paul fut un homme gracieux, et ce, malgré le fait d’avoir été abandonné de tous.

  17. C’est le Seigneur qui m’a assisté et qui m’a fortifié, afin que la prédication fût accomplie par moi et que tous les païens l’entendissent. Et j’ai été délivré de la gueule du lion.
  18. Le Seigneur me délivrera de toute oeuvre mauvaise, et il me sauvera pour me faire entrer dans son royaume céleste. A lui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !

    2 Timothée 4:17-18
    Ces versets confirment la véracité de 1 Pierre 5:8 : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. ». | Le seigneur délivra l’apôtre Paul des attaques de l’ennemi.

  19. Salue Prisca et Aquilas, et la famille d’Onésiphore.

    L’apôtre Paul souligna ses collègues dans l’oeuvre de Dieu, commençant avec la femme de Dieu, Prisca, son époux Aquilas ainsi qu’Onésiphore qui l’avait souvent consolé. Découvrez le commentaire 2 Timothée 1:16-18 concernant Onésiphore.

  20. Éraste est resté à Corinthe, et j’ai laissé Trophime malade à Milet.

    Beaucoup d’encre a coulé inutilement concernant ce verset, essayant d’établir une théologie anti-guérison. Les opposants à la guérison divine argumentent que si Dieu voulait toujours guérir tous les malades, l’apôtre Paul n’aurait jamais laissé Trophime malade. Notons qu’il est dangereux d’établir notre théologie à partir des silences dans les écritures. Nous pourrions établir n’importe quelle doctrine en concluant que l’absence de certains détails implique certaines croyances. Premièrement, le texte ne précise pas que l’apôtre Paul eut refusé de prier pour lui. Secondement, si l’apôtre eut prié pour sa guérison, ce qui est fort probable, il est possible que Trophime guérit progressivement et dut aussi se reposer. La Bible n’enseigne nulle part que toutes les guérisons doivent se manifester d’une manière forcément miraculeuse et instantanée. Rappelons-nous des dix lépreux dans les évangiles : « Dès qu’il [Jésus] les eut vus, il leur dit : Allez vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu’ils y allaient, il arriva qu’ils furent guéris. » (Luc 17:14). Faisons attention de ne pas croire les incrédules qui annulent la parole de Dieu par leurs traditions humaines (Matthieu 15:6). Si nous ne pouvons pas avoir la certitude de connaître la volonté de Dieu en ce qui concerne la guérison divine, nous ne pouvons être certains de la connaître pour le pardon des péchés car l’œuvre de la croix implique le rachat complet de l’homme (Galates 3:13-14). « C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies. » (Psaume 103:3).

  21. Tâche de venir avant l’hiver. Eubulus, Pudens, Linus, Claudia, et tous les frères te saluent.
  22. Que le Seigneur soit avec ton esprit ! Que la grâce soit avec vous !

    L’apôtre Paul conclut ce chapitre et cette lettre, déclarant la grâce de Dieu sur son fils spirituel Timothée et les croyants d’Éphèse.