Éphésiens 5

  1. Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés ;
  2. et marchez dans la charité, à l’exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s’est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur.

    Éphésiens 5:1-2
    Il est intéressant de noter que l’imitation de Dieu consiste à marcher dans l’amour (Galates 5:6). Cet amour sait se sacrifier (Hébreux 10:8) pour son prochain : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jean 15:13) ; « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5:8).

  3. Que l’impudicité, qu’aucune espèce d’impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints.

    Cette parole concerne principalement le péché d’ordre sexuel. Lisons ce verset dans la traduction King James : « Que ni fornication, ni aucune impureté, ou convoitise, ne soient pas même nommées parmi vous, comme il convient à des saints. ». Notons que plusieurs traductions mentionnent la cupidité ou l’avarice concernant la convoitise : « Qu’on ne fasse même pas allusion chez vous à la liberté sexuelle, l’impureté, ou la soif d’argent, car cela n’est pas digne de vous : vous êtes des saints. » (Ephésiens 5:3, Bible des Peuples). Même si le contexte concerne les désirs charnels, il est aussi vrai que l’avarice est un péché qui ne devrait pas être nommé parmi les saints. | Approfondissez vos connaissances sur une vie de sainteté dans l’enseignement « Comment recevoir la victoire sur le péché ? ».

  4. Qu’on n’entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance ; qu’on entende plutôt des actions de grâces.

    Ce verset n’exclut pas le sens de l’humour comme ce fut interprété par certains croyants malheureux. La pensée ici est de ne pas entretenir des discours vulgaires : « des paroles grossières, stupides ou sales » (Nouvelle Bible Français Courant). Le chrétien ne devrait pas être connu comme étant une personne austère, sévère et malheureuse. Cette disposition fait une mauvaise publicité pour Dieu et pour son royaume. « Tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite. » (Psaume 16:11) ; « […] ne vous affligez pas, car la joie de l’Éternel sera votre force. » (Néhémie 8:10).

  5. Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c’est-à-dire, idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu.

    Lisons ce verset dans la Traduction Stapfer : « Vous savez, en effet, vous reconnaissez que ni débauché, ni impur, ni avare (l’avare est un idolâtre), ne possèdent d’héritage dans le Royaume du Christ et de Dieu. ». L’homme né de nouveau (Jean 3:3, 2 Corinthiens 5:17), qui plaît à Dieu, n’est aucune des ces choses. Ce verset décrit des hommes charnels, sensuels, n’ayant pas l’Esprit de Dieu habitant en eux : « Ils vous disaient qu’au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies ; ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n’ayant pas l’esprit. » (Jude 18-19) ; « Je dis donc : marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. » (Galates 5:16).

  6. Que personne ne vous séduise par de vains discours ; car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion.

    Que personne ne vous fasse croire qu’une vie charnelle est acceptable. « Car ce qui fait notre gloire, c’est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu. » (2 Corinthiens 1:12).

  7. N’ayez donc aucune part avec eux.
  8. Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière !
  9. Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité.
  10. Examinez ce qui est agréable au Seigneur ;
  11. et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les.
  12. Car il est honteux de dire ce qu’ils font en secret ;

    Éphésiens 5:7-12
    Condamnez dans votre propre vie toute pratique dégradante, marchant exclusivement dans la lumière, c’est-à-dire, dans la sainteté et non dans une vie honteuse caractérisée par le péché. « Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. » (Romains 6:22). | Approfondissez vos connaissances sur une vie de sainteté dans l’enseignement « Le fruit de l’Esprit ».

  13. mais tout ce qui est condamné est manifesté par la lumière, car tout ce qui est manifesté est lumière.

    La lumière révèle ce qui est caché.

  14. C’est pour cela qu’il est dit : Réveille-toi, toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et Christ t’éclairera.

    Cet éveil consiste à se réveiller d’un sommeil spirituel et de péché qui mène à la mort (Romains 6:23). Christ est la solution pour la délivrance de tout péché (Colossiens 1:12-14).

  15. Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ;

    Lisons ce verset dans la traduction Nouvelle Bible Français Courant : « Ainsi prenez bien garde à votre manière de vivre. Ne vous conduisez pas comme des personnes insensées mais comme des sages. ». Le chemin du péché est celui de l’insensé. « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. » (Matthieu 7:13-14).

  16. rachetez le temps, car les jours sont mauvais.

    « Mettez à profit les occasions qui se présentent à vous, car nous vivons des jours mauvais. » (traduction Semeur). Ces jours mauvais, remplis de péchés et de toutes sortes de désordres, devraient nous inspirer à prioriser le royaume de Dieu qui compte vraiment et éternellement. « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu […]. » (Matthieu 6:33).

  17. C’est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur.

    La volonté de Dieu est le chemin de la sainteté et d’une consécration spirituellement authentique.

  18. Ne vous enivrez pas de vin : c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit ;

    L’homme perdu cherche à combler son vide intérieur en se remplissant d’alcool. L’enfant de Dieu se laisse plutôt remplir par la présence du Saint-Esprit. Cette vie spirituelle divine produira « Le fruit de l’Esprit » ; un enseignement à découvrir afin d’approfondir vos connaissances et afin d’alimenter votre vie de foi.

  19. entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur les louanges du Seigneur ;
  20. rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre seigneur Jésus-Christ,

    Éphésiens 5:19-20
    Il y a une décision à prendre en ce qui concerne l’objet de nos pensées et de nos paroles. L’homme spirituel célèbre, loue et remercie son Dieu, chantant en son honneur. Commentons le verset 19 : « entretenez-vous [par choix] par des psaumes [« Les psaumes de David ont été chantés par les Juifs au temple et par les premiers chrétiens (notes Matthieu 26:30). (…) Ils parlent en tout temps le langage de la dévotion (…). », notes de Barnes sur la Bible], par des hymnes [« Un « hymne » est proprement une chanson ou une ode en l’honneur de Dieu. (…) Une chose est prouvée clairement par ce passage, qu’il y avait d’autres compositions utilisées dans la louange de Dieu que les Psaumes de David (…) », notes de Barnes sur la Bible], et par des cantiques spirituels [des chants inspirés spontanément par le Saint-Esprit], chantant et célébrant de tout votre cœur [librement et avec passion] les louanges du Seigneur ; ». 

  21. vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.

    Après cette mention concernant la louange dans l’église, l’apôtre Paul mentionna l’importance de la soumission mutuelle et fraternelle, nous invitant à vivre dans l’ordre divin. Notons que cette parole ne supprime aucunement la soumission du croyant sous des autorités spirituelles divinement établies par Jésus-Christ : « Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte ; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui vous ne serait d’aucun avantage. » (Hébreux 13:17).

  22. Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ;
  23. car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.
  24. Or, de même que l’Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses.

    Éphésiens 5:22-24
    Ces versets concernent la relation de l’épouse et de l’époux dans le mariage chrétien et non de la femme et de l’homme en général. Nous ne devrions donc pas transposer ces versets dans l’Église comme étant la volonté de Dieu pour la femme vis-à-vis de ses frères chrétiens. Autrement dit, les femmes n’ont pas à se soumettre à tous les hommes dans l’Église, mais à leurs époux spécifiquement. Soulignons aussi que la soumission d’une épouse doit être premièrement sous le leadership de Jésus-Christ. Elle ne devrait jamais se soumettre à une parole qui irait à l’encontre de celle de Dieu. Commentons ces versets : « Femmes [épouses], soyez soumises à vos maris [époux], comme au Seigneur [comme vous vous soumettez à volontairement à Dieu] ; car le mari [l’époux] est le chef [spirituel, dans le foyer] de la femme [l’épouse], comme Christ [le Fils] est le chef de l’Église [son épouse], qui est son corps [l’Église], et dont il est le Sauveur. ». Soulignons le fait que le Fils est soumis au Père (Jean 6:38, 1 Corinthiens 15:28). Cela n’indique aucunement son infériorité vis-à-vis du Père. Cette soumission précise tout simplement qu’il y a un ordre établi dans la divinité. Pareillement, dans le cadre d’un couple marié chrétien, l’épouse n’est pas inférieure à son époux en valeur. Dieu a simplement établi un ordre afin d’assurer de saines relations harmonieuses dans la famille. Précisons aussi que la soumission n’est pas imposée car cela deviendrait de la domination. Non, la soumission est volontaire et offre un support à l’épouse. De plus, la soumission n’exclut pas le fait que des décisions soient prises ensemble, suite à des échanges. Toutefois, lorsque le couple marié chrétien arrive devant une situation compliquée, lorsque l’épouse ne sait quoi faire ou souhaite simplement connaître l’avis de son époux, le mari est tenu responsable de prendre une décision pour le couple et/ou sa famille. L’épouse devrait se sentir protégée dans ce schéma divinement établi et jamais dominée ou écartée de la vie décisionnelle de son couple. Ce genre de soumission est facile à accepter par l’épouse lorsqu’elle sait que son époux l’aime tellement qu’il est prêt à mourir pour elle (voir le prochain verset).

  25. Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle,

    Tout comme Jésus-Christ est mort par amour pour l’Église, un époux doit être prêt à faire de même pour son épouse. Une femme si aimée ne craindra pas de se soumettre à un homme qui l’aime autant. Elle sait qu’il ne lui demandera jamais de faire quelque chose qui pourrait l’abaisser ou lui faire du mal. L’intérêt de l’époux sera que pour le bien-être de son épouse.

  26. afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau,

    La parole de Dieu sanctifie, met à part, l’enfant de Dieu : « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. » (Jean 17:17). La parole de Dieu lave nos vies comme l’eau lave nos corps. | La phrase suivante, apparaissant dans la traduction Louis Segond, porte à confusion : « […] après l’avoir purifiée par le baptême d’eau ». Cette phrase est traduite ailleurs comme se référant à un bain de la Parole de Dieu et non au baptême d’eau (celui de notre identification à Christ). La traduction Darby dit : « afin qu’il la sanctifiât, en la purifiant par le lavage d’eau par [la] parole ». La Bible Semeur commente : « En Orient, la fiancée était baignée et parée avant le mariage (comparer Ez 16.9). […] ». Rappelons-nous que le baptême d’eau ne purifie personne, car seul le sang de Jésus purifie le péché (1 Jean 1:7). La Bible Semeur traduit ce texte ainsi : « afin de la rendre digne de Dieu après l’avoir purifiée par sa Parole, comme par le bain nuptial. » La Bible Annotée de Neufchâtel dit : « afin qu’il la sanctifiât, l’ayant purifiée par l’ablution d’eau, par la Parole. ». Ce langage nous rappelle le lavage des prêtres de l’Ancien Testament, qui devaient se purifier avant de servir dans le tabernacle ou au temple. Concernant l’eau et les lavages des prêtres dans l’Ancien Testament, notons que la cuve d’airain du tabernacle (Exode 30:17-21) était utilisée pour les lavages cérémoniels, symbolisant la pureté des prêtres. Ils lavaient leurs mains (signifiant leurs actions) et leurs pieds (signifiant leur façon de marcher, de vivre) avant d’accéder à l’intérieur du tabernacle. La deuxième cuve, l’immense « mer de fonte » (celle du temple de Salomon, 1 Rois 7:25-26), était beaucoup plus grande. La profondeur de la cuve indiquait que les prêtres pouvaient s’y immerger complètement, tout comme nous le faisons lors d’un baptême d’eau aujourd’hui. L’eau était et demeure un symbole de la Parole de Dieu qui purifie la vie du croyant lorsqu’elle est suivie. | Découvrez les commentaires bibliques concernant la « cuve d’airain », dans Exode 30:17-21 et concernant « la mer de fonte » (du temple de Salomon) dans 1 Rois 7:25-26. | Approfondissez vos connaissances sur les types de baptêmes dans le chapitre sur le salut dans le « Disciple Victorieux ».

  27. afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.

    En marchant selon la Parole de Dieu, l’Église reflète la pureté. Elle apparaîtra alors devant Christ, « glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible ». Au final, elle apparaîtra absolument parfaite grâce à cette Parole de Dieu qui la sanctifie. Lisons ce verset dans la traduction Nouvelle Bible Français Courant : « il [se référant à Jésus-Christ] a voulu se présenter à lui-même l’Église dans toute sa beauté, pure et sans défaut, sans tache ni ride ni aucune autre imperfection. ».

  28. C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même.
  29. Car jamais personne n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Église,
  30. parce que nous sommes membres de son corps.

    Éphésiens 5:28-30
    Nous retrouvons ici un rappel de la profondeur de l’amour de Christ pour l’Église ainsi que de l’époux pour son épouse. Comme nous, l’Église, formons un seul corps, il est naturel de s’aimer. | « Ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres. » (Romains 12:5).

  31. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair.

    L’expression « une seule chair » (Genèse 2:24, Matthieu 19:5) désigne l’intimité physique (sexuelle), émotionnelle ainsi que l’unité spirituelle : « […] les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. » (Marc 10:8).

  32. Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l’Église.

    Le grand mystère, celui de la composition de l’Église de Christ, fut abordé dans Éphésiens 3:1-7. Ce mystère implique que le croyant en Jésus-Christ (peu importe ses origines) peut être incorporé au corps de Christ, l’Église. Il forme un seul corps avec Jésus tout comme l’épouse et l’époux forment une seule chair.

  33. Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.

    L’intention de Dieu était que l’homme n’ait qu’une seule femme et qu’il l’aime profondément. La monogamie est toujours la volonté de Dieu pour le couple aujourd’hui. Pour plus d’informations sur la polygamie dans la Bible, lisez les annotations sur Genèse 4:19. | Bien que le respect doit s’appliquer à la fois à la femme et au mari, l’apôtre conclut par cette parole que les femmes respectent leurs maris. On se demanderait pourquoi ? Le besoin émotif primordial de la femme est de se sentir aimée : « Maris, aimez vos femmes » (Éphésiens 5:25). Bien sûr, les hommes veulent aussi se sentir aimés, cependant, leur besoin émotif primordial est de se sentir respectés par leurs épouses : « que la femme respecte son mari » (Éphésiens 5:33). L’apôtre Paul a donc souligné ce qui est de la plus haute importance pour le couple marié.