Esdras 10

  1. Pendant qu’Esdras, pleurant et prosterné devant la maison de Dieu, faisait cette prière et cette confession, il s’était rassemblé auprès de lui une foule très nombreuse de gens d’Israël, hommes, femmes et enfants, et le peuple répandait d’abondantes larmes.

    La prière d’Esdras influença une foule très nombreuse de personnes repentantes.

  2. Alors Schecania, fils de Jehiel, d’entre les fils d’Elam, prit la parole et dit à Esdras : Nous avons péché contre notre Dieu, en nous alliant à des femmes étrangères qui appartiennent aux peuples du pays. Mais Israël ne reste pas pour cela sans espérance.

    Le Lévite Schecania eut raison de dire que le peuple d’Israël avait péché contre l’Éternel et qu’il y avait encore de l’espoir pour ce peuple désobéissant.

  3. Faisons maintenant une alliance avec notre Dieu pour le renvoi de toutes ces femmes et de leurs enfants, Selon l’avis de mon seigneur et de ceux qui tremblent devant les commandements de notre Dieu. Et que l’on agisse d’après la loi.

    Notons que l’alliance proposée par le Lévite Schecania, impliquant le divorce et le renvoi des enfants, n’était pas celle de Dieu. | « Et que l’on agisse d’après la loi » : cette phrase était bonne, mais la façon d’y arriver ne l’était pas.

  4. Lève-toi, car cette affaire te regarde. Nous serons avec toi. Prends courage et agis.
  5. Esdras se leva, et il fit jurer aux chefs des sacrificateurs, des Lévites, et de tout Israël, de faire ce qui venait d’être dit. Et ils le jurèrent.

    Esdras 10:4-5
    On demanda à Esdras d’agir, c’est-dire, de demander aux chefs d’Israël d’exécuter le plan proposé par le Lévite Schecania.

  6. Puis Esdras se retira de devant la maison de Dieu, et il alla dans la chambre de Jochanan, fils d’Eliaschib; quand il y fut entré, il ne mangea point de pain et il ne but point d’eau, parce qu’il était dans la désolation à cause du péché des fils de la captivité.

    Esdras jeûna la nourriture et l’eau à cause du péché des mariages mixtes du peuple d’Israël avec les nations païennes.

  7. On publia dans Juda et à Jérusalem que tous les fils de la captivité eussent à se réunir à Jérusalem,
  8. et que, d’après l’avis des chefs et des anciens, quiconque ne s’y serait pas rendu dans trois jours aurait tous ses biens confisqués et serait lui-même exclu de l’assemblée des fils de la captivité.
  9. Tous les hommes de Juda et de Benjamin se rassemblèrent à Jérusalem dans les trois jours. C’était le vingtième jour du neuvième mois. Tout le peuple se tenait sur la place de la maison de Dieu, tremblant à cause de la circonstance et par suite de la pluie.

    Esdras 10:7-9
    Tous les hommes de Juda furent convoqués à Jérusalem. Ils devaient s’y rendre obligatoirement en l’espace de trois jours, sinon ils étaient menacés d’être expulsés de la congrégation d’Israël et de perdre aussi toutes leurs possessions. Le climat pluvieux ne rajouta aucun agrément à ce rassemblement.

  10. Esdras, le sacrificateur, se leva et leur dit : Vous avez péché en vous alliant à des femmes étrangères, et vous avez rendu Israël encore plus coupable.
  11. Confessez maintenant votre faute à l’Eternel, le Dieu de vos pères, et faites sa volonté ! Séparez-vous des peuples du pays et des femmes étrangères.

    Esdras 10:10-11
    La parole de Dieu révèle des faits qui se sont produits. Il ne faut donc pas conclure que tout ce qui est arrivé ici fut sanctionné par Dieu. Certes, Dieu interdisait les mariages du peuple d’Israël avec les nations païennes (Deutéronome 7:3, 23:3-4). Ceci dit, le texte biblique n’affirme pas que Dieu avait prescrit les divorces (le renvoi des femmes avec les enfants) tel que commandés ici par Esdras. En fait, Dieu s’opposait et s’oppose encore au divorce (Malachie 2:16). De plus, la séparation d’un parent de ses enfants était aussi contraire à la nature aimante de notre père céleste : « … Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai pas et je ne t’abandonnerai pas. (Hébreux 13:5, traduction Segond 21, voir aussi Josué 1:5). Considérant le cœur aimant du Père, Il serait donc plus cohérent d’assumer que Dieu aurait préféré que les épouses païennes se soient converties à lui plutôt que d’être divorcées de leurs époux. Tout comme l’a fait Ruth, la Moabite, la conversion des païennes était possible : « Ruth répondit : Ne me pousse pas à te laisser, à repartir loin de toi ! Où tu iras j’irai, où tu habiteras j’habiterai ; ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu. » (Ruth 1:16, traduction Segond 21).

  12. Toute l’assemblée répondit d’une voix haute : A nous de faire comme tu l’as dit !
  13. Mais le peuple est nombreux, le temps est à la pluie, et il n’est pas possible de rester dehors; d’ailleurs, ce n’est pas l’oeuvre d’un jour ou deux, car il y en a beaucoup parmi nous qui ont péché dans cette affaire.
  14. Que nos chefs restent donc pour toute l’assemblée; et tous ceux qui dans nos villes se sont alliés à des femmes étrangères viendront à des époques fixes, avec les anciens et les juges de chaque ville, jusqu’à ce que l’ardente colère de notre Dieu se soit détournée de nous au sujet de cette affaire.
  15. Jonathan, fils d’Asaël, et Jachzia, fils de Thikva, appuyés par Meschullam et par le Lévite Schabthaï, furent les seuls à combattre cet avis,
  16. auquel se conformèrent les fils de la captivité. On choisit Esdras, le sacrificateur, et des chefs de famille selon leurs maisons paternelles, tous désignés par leurs noms; et ils siégèrent le premier jour du dixième mois pour s’occuper de la chose.

    Esdras 10:14-16
    Pendant environ trois mois, les couples se présentèrent devant les anciens et les juges de chaque ville. L’alliance de divorces proposée par le Lévite Schecania fut opposée par Jonathan et Jachzia. Aujourd’hui, nous voyons aussi cette même réalité : la majorité a du mal à se tenir sur le bon chemin. Très peu d’hommes intègres défendent la véritable volonté de Dieu.

  17. Le premier jour du premier mois, ils en finirent avec tous les hommes qui s’étaient alliés à des femmes étrangères.
  18. Parmi les fils de sacrificateurs, il s’en trouva qui s’étaient alliés à des femmes étrangères : des fils de Josué, fils de Jotsadak, et de ses frères, Maaséja, Eliézer, Jarib et Guedalia,
  19. qui s’engagèrent, en donnant la main, à renvoyer leurs femmes et à offrir un bélier en sacrifice de culpabilité ;
  20. des fils d’Immer, Hanani et Zebadia ;
  21. des fils de Harim, Maaséja, Elie, Schemaeja, Jehiel et Ozias ;
  22. des fils de Paschhur, Eljoénaï, Maaséja, Ismaël, Nethaneel, Jozabad et Eleasa.
  23. Parmi les Lévites : Jozabad, Schimeï, Kélaja ou Kelitha, Pethachja, Juda et Eliézer.
  24. Parmi les chantres : Eliaschib. Parmi les portiers : Schallum, Thélem et Uri.
  25. Parmi ceux d’Israël : des fils de Pareosch, Ramia, Jizzija, Malkija, Mijamin, Eléazar, Malkija et Benaja ;
  26. des fils d’Elam, Matthania, Zacharie, Jehiel, Abdi, Jerémoth et Élie ;
  27. des fils de Zatthu, Eljoénaï, Eliaschib, Matthania, Jerémoth, Zabad et Aziza ;
  28. des fils de Bébaï, Jochanan, Hanania, Zabbaï et Athlaï ;
  29. des fils de Bani, Meschullam, Malluc, Adaja, Jaschub, Scheal et Ramoth ;
  30. des fils de Pachath-Moab, Adna, Kelal, Benaja, Maaséja, Matthania, Betsaleel, Binnuï et Manassé ;
  31. des fils de Harim, Eliézer, Jischija, Malkija, Schemaeja, Siméon,
  32. Benjamin, Malluc et Schemaria ;
  33. des fils de Haschum, Matthnaï, Matthattha, Zabad, Eliphéleth, Jerémaï, Manassé et Schimeï ;
  34. des fils de Bani, Maadaï, Amram, Uel,
  35. Benaja, Bédia, Keluhu,
  36. Vania, Merémoth, Eliaschib,
  37. Matthania, Matthnaï, Jaasaï,
  38. Bani, Binnuï, Schimeï,
  39. Schélémia, Nathan, Adaja,
  40. Macnadbaï, Schaschaï, Scharaï,
  41. Azareel, Schélémia, Schemaria,
  42. Schallum, Amaria et Joseph ;
  43. des fils de Nebo, Jeïel, Matthithia, Zabad, Zebina, Jaddaï, Joël et Benaja.
  44. Tous ceux-là avaient pris des femmes étrangères, et plusieurs en avaient eu des enfants.

    Esdras 10:17-44
    Nous lisons ici les noms des hommes qui eurent épousé des femmes étrangères, révélant l’impact déchirant que cette « alliance » de divorce avait sur autant de familles. | Notons qu’avant de suivre les consignes d’hommes de Dieu, assurons-nous que leurs instructions reflètent vraiment le cœur de Dieu !

Êtes-vous béni par le travail effectué par l’équipe du département « Les publications Victoire » ?

Avez-vous pensé à être un canal de bénédiction vous-même ?

Si vous avez à coeur de servir le seigneur Jésus avec les talents que Dieu vous donné, inscrivez-vous et recevez un document de présentation du département, un mot du directeur et plusieurs catégories de services potentiels (transcription, relecture orthographique, gestion de contenu, organisation, graphisme, …).

Prenez votre place à nos côtés pour glorifier Dieu avec vos capacités et des actions concrètes.