Josué 7

  1. Les enfants d’Israël commirent une infidélité au sujet des choses dévouées par interdit. Acan, fils de Carmi, fils de Zabdi, fils de Zérach, de la tribu de Juda, prit des choses dévouées. Et la colère de l’Éternel s’enflamma contre les enfants d’Israël.

    Acan prit des choses qui étaient interdites et attira ainsi la colère de l’Éternel sur tout le camp d’Israël à cause de sa désobéissance.

  2. Josué envoya de Jéricho des hommes vers Aï, qui est près de Beth Aven, à l’orient de Béthel. Il leur dit : Montez, et explorez le pays. Et ces hommes montèrent, et explorèrent Aï.

    Josué ne consulta pas l’Éternel avant de donner cette instruction concernant la conquête d’Aï. On pourrait raisonner que Dieu avait déjà chargé Israël de prendre possession de ce territoire, alors, il était dans ses droits de parler ainsi. Bien que cela soit vrai, aucune instruction passée donnée à Josué ne devait remplacer sa consécration quotidienne. S’il avait consulté l’Éternel dans la prière, avant de donner cette instruction pour la guerre, l’Éternel lui aurait révélé qu’il y avait du péché dans le camp, mettant en danger tout le peuple. Puisque Dieu ne bénit jamais le péché, la rébellion d’Acan a ouvert la voie pour la défaite d’Israël.

  3. Ils revinrent auprès de Josué, et lui dirent : Il est inutile de faire marcher tout le peuple ; deux ou trois mille hommes suffiront pour battre Aï ; ne donne pas cette fatigue à tout le peuple, car ils sont en petit nombre.

    Cette estimation humaine semblait juste, mais elle était complètement fausse. Nous devons faire très attention de ne pas nous fier à notre raisonnement humain car nous pouvons nous tromper. Il est vital pour l’enfant de Dieu d’être totalement dépendant de Dieu afin de vivre dans sa volonté parfaite et victorieuse : « Confie-toi en l’Éternel de tout ton coeur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse ; reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers. Ne sois point sage à tes propres yeux, crains l’Éternel, et détourne-toi du mal. » (Proverbe 3:5-7).

  4. Trois mille hommes environ se mirent en marche, mais ils prirent la fuite devant les gens d’Aï.
  5. Les gens d’Aï leur tuèrent environ trente-six hommes ; ils les poursuivirent depuis la porte jusqu’à Schebarim, et les battirent à la descente. Le peuple fut consterné et perdit courage.

    Josué 7:4-5
    Le peuple d’Israël perdit courage car la victoire qui devait être facile mena plutôt à la mort de 36 soldats.

  6. Josué déchira ses vêtements, et se prosterna jusqu’au soir le visage contre terre devant l’arche de l’Éternel, lui et les anciens d’Israël, et ils se couvrirent la tête de poussière.
  7. Josué dit : Ah ! Seigneur Éternel, pourquoi as-tu fait passer le Jourdain à ce peuple, pour nous livrer entre les mains des Amoréens et nous faire périr ? Oh ! si nous eussions su rester de l’autre côté du Jourdain !
  8. De grâce, Seigneur, que dirai-je, après qu’Israël a tourné le dos devant ses ennemis ?
  9. Les Cananéens et tous les habitants du pays l’apprendront ; ils nous envelopperont, et ils feront disparaître notre nom de la terre. Et que feras-tu pour ton grand nom ?

    Josué 7:6-9
    Josué, totalement défait, consulta à ce moment l’Éternel. Il ne comprenait rien du tout dans cette histoire. Il questionna Dieu et se projeta même dans une défaite complète du peuple. Souvent, dans des moments difficiles, l’homme a une tendance à s’imaginer les pires scénarios possibles. Comme il ne voit que sa réalité actuelle, il a la capacité de voir l’horreur fictive qui pourrait arriver. Heureusement, Dieu répondit à Josué !

  10. L’Éternel dit à Josué : Lève-toi ! Pourquoi restes-tu ainsi couché sur ton visage ?

    Dieu posa à son tour une question : « Pourquoi restes-tu ainsi couché sur ton visage ? ». Il y avait une cause expliquant cette défaite.

  11. Israël a péché ; ils ont transgressé mon alliance que je leur ai prescrite, ils ont pris des choses dévouées par interdit, ils les ont dérobées et ont dissimulé, et ils les ont cachées parmi leurs bagages.
  12. Aussi les enfants d’Israël ne peuvent-ils résister à leurs ennemis ; ils tourneront le dos devant leurs ennemis, car ils sont sous l’interdit ; je ne serai plus avec vous, si vous ne détruisez pas l’interdit du milieu de vous.

    Josué 7:11-12
    Puisque Dieu est un Dieu d’intégrité, il honore toujours sa parole. La traduction Semeur dit que le peuple était « […] sous le coup d’une sentence de destruction » alors, son péché l’incluait dans tout ce qui devait être détruit. Se défaire de ce qui était défendu fut l’unique façon de ne pas être détruit.

  13. Lève-toi, sanctifie le peuple. Tu diras : Sanctifiez-vous pour demain ; car ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël : Il y a de l’interdit au milieu de toi, Israël ; tu ne pourras résister à tes ennemis, jusqu’à ce que vous ayez ôté l’interdit du milieu de vous.

    Lisons ce verset dans la traduction Semeur : « Maintenant, lève-toi, Josué, convoque le peuple et purifie-le. Dis-leur : « Purifiez-vous pour demain, car voici ce que déclare l’Eternel, le Dieu d’Israël ! Vous avez au milieu de vous, Israélites, ce qui m’est voué. Vous ne pourrez pas résister à vos ennemis tant que vous n’aurez pas ôté cela du milieu de vous. ».

  14. Vous vous approcherez le matin selon vos tribus ; et la tribu que désignera l’Éternel s’approchera par famille, et la famille que désignera l’Éternel s’approchera par maisons, et la maison que désignera l’Éternel s’approchera par hommes.
  15. Celui qui sera désigné comme ayant pris de ce qui était dévoué par interdit sera brûlé au feu, lui et tout ce qui lui appartient, pour avoir transgressé l’alliance de l’Éternel et commis une infamie en Israël.

    Josué 7:14-15
    L’Éternel allait révéler la source du péché dans le camp.

  16. Josué se leva de bon matin, et il fit approcher Israël selon ses tribus, et la tribu de Juda fut désignée.
  17. Il fit approcher les familles de Juda, et la famille de Zérach fut désignée. Il fit approcher la famille de Zérach par maisons, et Zabdi fut désigné.
  18. Il fit approcher la maison de Zabdi par hommes, et Acan, fils de Carmi, fils de Zabdi, fils de Zérach, de la tribu de Juda, fut désigné.
  19. Josué dit à Acan : Mon fils, donne gloire à l’Éternel, le Dieu d’Israël, et rends-lui hommage. Dis-moi donc ce que tu as fait, ne me le cache point.
  20. Acan répondit à Josué, et dit : Il est vrai que j’ai péché contre l’Éternel, le Dieu d’Israël, et voici ce que j’ai fait.
  21. J’ai vu dans le butin un beau manteau de Schinear, deux cent sicles d’argent, et un lingot d’or du poids de cinquante sicles ; je les ai convoités, et je les ai pris ; ils sont cachés dans la terre au milieu de ma tente, et l’argent est dessous.

    Josué 7:21-26
    Acan admit ici son péché d’avoir pris des biens interdits. Lisons ce verset dans la traduction Semeur : « J’ai vu dans le butin un magnifique manteau de Babylone, deux cents pièces d’argent et un lingot d’or d’une livre. J’en ai eu fortement envie, alors je m’en suis emparé. Ces objets sont enterrés au milieu de ma tente, et l’argent est en-dessous. ». Notons que toutes nos envies ne mènent pas forcément à notre bien ! Il faut alors discerner la volonté de Dieu (Romains 12:2) et résister à la tentation. | Découvrez l’enseignement « Comment recevoir la victoire sur le péché » afin d’approfondir vos connaissances sur ce sujet.

  22. Josué envoya des gens, qui coururent à la tente ; et voici, les objets étaient cachés dans la tente d’Acan, et l’argent était dessous.
  23. Ils les prirent du milieu de la tente, les apportèrent à Josué et à tous les enfants d’Israël, et les déposèrent devant l’Éternel.
  24. Josué et tout Israël avec lui prirent Acan, fils de Zérach, l’argent, le manteau, le lingot d’or, les fils et les filles d’Acan, ses boeufs, ses ânes, ses brebis, sa tente, et tout ce qui lui appartenait ; et ils les firent monter dans la vallée d’Acor.

    Josué 7:22-24
    Acan fut trouvé officiellement responsable du péché qui fut la cause de la mort inutile de 36 hommes.

  25. Josué dit : Pourquoi nous as-tu troublés ? L’Éternel te troublera aujourd’hui. Et tout Israël le lapida. On les brûla au feu, on les lapida,
  26. et l’on éleva sur Acan un grand monceau de pierres, qui subsiste encore aujourd’hui. Et l’Éternel revint de l’ardeur de sa colère. C’est à cause de cet événement qu’on a donné jusqu’à ce jour à ce lieu le nom de vallée d’Acor.

    Josué 7:25-26
    Acan, qui vivait sous le régime de la loi mosaïque, fut lapidé pour son péché, ainsi que toute sa famille. On peut percevoir cette punition comme étant une forme de quarantaine, à cause du grave péché de la rébellion contre Dieu, protégeant ainsi le peuple d’Israël de la contamination spirituelle. Proverbe 15:27 dit que : « Celui qui est avide de gain trouble sa maison […] ». Ce proverbe confirme certainement ce qui s’est produit dans la famille d’Acan. Maintenant, quelqu’un questionnera la raison pour laquelle Dieu a puni une famille innocente pour le péché d’un seul homme ? Disons que cette question implique une pensée que les écritures n’affirment pas. Le texte ne dit pas que la famille était innocente ! Il n’est pas bien d’établir des croyances à partir de silences dans les écritures, car la Bible ne fournit simplement aucun détail sur la famille d’Acan. Ses enfants s’étaient peut-être aussi associés à la rébellion de leur père. Avaient-ils aidé leur père dans son péché ? Avaient-ils caché les objets interdits, devenant complices dans la rébellion ? Comme nous ignorons toutes les réponses à ces questions, nous pouvons seulement spéculer. Soyons clairs : Dieu agit toujours selon la droiture et la justice. Ceci dit, Dieu ne s’explique pas toujours et il ne fournit pas nécessairement des explications pour chaque récit biblique. Un croyant doit donc s’approcher des écritures sachant que nous connaissons en partie (1 Corinthiens 13:9). Notre foi doit donc être ancrée en l’Éternel, celui qui sait tout. Un jour, dans la gloire céleste, l’Éternel nous éclairera sur toutes les questions que nous avons aujourd’hui. D’ici ce temps, faisons lui confiance, sachant que : « L’Éternel est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et plein de bonté. L’Éternel est bon envers tous, et ses compassions s’étendent sur toutes ses œuvres. » (Psaume 145:8-9).