Luc 1

  1. Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous,
  2. suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des ministres de la parole,
  3. il m’a aussi semblé bon, après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par écrit d’une manière suivie, excellent Théophile,
  4. afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus.

    Luc 1:1-4
    Selon des sources historiques, Luc était originaire d’Antioche et ami de l’apôtre Paul. Luc était un médecin, un homme très instruit et lettré dans la composition grecque et romaine. L’ouverture de l’évangile de Luc établit le fait qu’il était un historien utilisant des témoignages oculaires comme sources pour son évangile. Luc ne fut pas lui-même présent pendant le ministère de Jésus. Plusieurs passages de son deuxième livre, les Actes des Apôtres, contiennent le mot « nous », démontrant que Luc fut lui-même un témoin oculaire et un participant à de nombreux événements associés aux premiers disciples de Jésus. Nous ignorons qui était ce Théophile. Il était peut-être un politicien. Ceci dit, nous savons avec certitude que Luc avait fait ses recherches afin de lui livrer un récit ordonné de la vie de Jésus.

  5. Du temps d’Hérode, roi de Judée, il y avait un sacrificateur, nommé Zacharie, de la classe d’Abia ; sa femme était d’entre les filles d’Aaron, et s’appelait Élisabeth.
  6. Tous deux étaient justes devant Dieu, observant d’une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances du Seigneur.
  7. Ils n’avaient point d’enfants, parce qu’Élisabeth était stérile ; et ils étaient l’un et l’autre avancés en âge.

    Luc 1:5-7
    Zacharie, le prêtre, et Élisabeth, la cousine de Marie la mère de Jésus, sont présentés au début de l’évangile de Luc : Zacharie et Élisabeth pouvaient retracer leur lignée généalogique jusqu’à Aaron, le grand prêtre. | Tout comme Abraham et Sara (Genèse 21:1-2), Zacharie et Élisabeth se retrouvèrent dans la même situation : âgés et sans enfant.

  8. Or, pendant qu’il s’acquittait de ses fonctions devant Dieu, selon le tour de sa classe, il fut appelé par le sort,
  9. d’après la règle du sacerdoce, à entrer dans le temple du Seigneur pour offrir le parfum.
  10. Toute la multitude du peuple était dehors en prière, à l’heure du parfum.
  11. Alors un ange du Seigneur apparut à Zacharie, et se tint debout à droite de l’autel des parfums.
  12. Zacharie fut troublé en le voyant, et la frayeur s’empara de lui.
  13. Mais l’ange lui dit : Ne crains point, Zacharie ; car ta prière a été exaucée. Ta femme Élisabeth t’enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jean.
  14. Il sera pour toi un sujet de joie et d’allégresse, et plusieurs se réjouiront de sa naissance.

    Luc 1:8-14
    Le verset neuf dit que Zacharie dut : « entrer dans le temple du Seigneur pour offrir le parfum ». Cela se faisait le matin et le soir, donc deux fois par jour. | L’ange Gabriel apparut à Zacharie dans le temple, lui révélant, au verset treize, que sa femme Élisabeth enfantera un fils : « … tu lui donneras le nom de Jean » qui signifie « l’Éternel a fait grâce ». Ce nom était définitivement approprié pour ce prophète qui introduira Jésus-Christ : « … la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. » (Jean 1:17) | Le verset quatorze mentionne : « … plusieurs se réjouiront de sa naissance » car grâce à son ministère qui prépara la venue du messie, plusieurs reçurent Jésus comme leur seigneur.

  15. Car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli de l’Esprit Saint dès le sein de sa mère ;
  16. il ramènera plusieurs des fils d’Israël au Seigneur, leur Dieu ;

    Luc 1:15-16
    Puisque Jean s’abstenait d’alcool, certains commentateurs notent qu’il fut le vœu de naziréat : « Lorsqu’un homme ou une femme se séparera des autres en faisant voeu de naziréat, pour se consacrer à l’Éternel, il s’abstiendra de vin et de boisson enivrante ; il ne boira ni vinaigre fait avec du vin, ni vinaigre fait avec une boisson enivrante… » (Nombres 6:1-2). Pour plus d’informations sur les boissons alcoolisées dans la Bible,
    découvrez le commentaire de Genèse 9:21. | Quatre cents ans s’écoulèrent entre l’Ancien et le Nouveau Testament. Jean fut donc le premier prophète enregistré dans les Écritures depuis Malachie.

  17. il marchera devant Dieu avec l’esprit et la puissance d’Élie, pour ramener les coeurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé.

    « L’esprit et la puissance d’Élie » fait référence à un esprit de zèle, de réveil et d’un renouveau spirituel. Jean était certainement en feu spirituellement.

  18. Zacharie dit à l’ange : A quoi reconnaîtrai-je cela ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge.
  19. L’ange lui répondit : Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu ; j’ai été envoyé pour te parler, et pour t’annoncer cette bonne nouvelle.

    L’ange Gabriel est celui qui est également mentionné dans Daniel 8:16, 9:21 et dans Luc 1:26.

  20. Et voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps.

    Luc 1:18-20
    Le doute peut en fait se cacher derrière une question : « … Tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps. » (Luc 1:20). Zacharie dut être réduit au silence pendant une saison afin de ne pas empêcher l’accomplissement de la volonté de Dieu. Rappelons-nous d’un autre récit biblique où le silence fut nécessaire (la victoire sur Jéricho) : « Josué avait donné cet ordre au peuple : Vous ne crierez point, vous ne ferez point entendre votre voix, et il ne sortira pas un mot de votre bouche jusqu’au jour où je vous dirai : Poussez des cris ! Alors vous pousserez des cris. » (Josué 6:10). Bien que de nombreux chrétiens n’ont jamais été enseignés sur le pouvoir de la confession de la parole, la vérité est que les mots ont des pouvoirs créateurs et destructeurs : « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ; quiconque l’aime en mangera les fruits. » (Proverbe 18:21) ; « C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. » (Hébreux 11:3). Pour en savoir plus sur le pouvoir des mots, découvrez l’essentiel du message «
    La confession de la parole de foi » de la série « La force qui déplace les montagnes ».

  21. Cependant, le peuple attendait Zacharie, s’étonnant de ce qu’il restait si longtemps dans le temple.
  22. Quand il sortit, il ne put leur parler, et ils comprirent qu’il avait eu une vision dans le temple ; il leur faisait des signes, et il resta muet.

    Luc 1:21-22
    Les gens attendaient généralement que le prêtre vienne et qu’il prononce une bénédiction sur eux. Dans ce cas précis, Zacharie ne dira rien du tout.

  23. Lorsque ses jours de service furent écoulés, il s’en alla chez lui.
  24. Quelque temps après, Élisabeth, sa femme, devint enceinte. Elle se cacha pendant cinq mois, disant :
  25. C’est la grâce que le Seigneur m’a faite, quand il a jeté les yeux sur moi pour ôter mon opprobre parmi les hommes.
  26. Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
  27. auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.
  28. L’ange entra chez elle, et dit : Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi.
  29. Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.
  30. L’ange lui dit : Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu.
  31. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus.
  32. Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.
  33. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin.

    Luc 1:26-33
    L’ange Gabriel annonça à Marie qu’elle concevra et enfantera surnaturellement un futur roi. Lire aussi Zacharie 12 à 14.

  34. Marie dit à l’ange : Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ?
  35. L’ange lui répondit : Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.

    Luc 1:34-35
    La naissance virginale : Notre père céleste a décidé d’envoyer son fils Jésus sur la terre pour vivre une vie humaine parfaite, pour ensuite recevoir (en lui-même, bien qu’innocent) le châtiment que méritait le péché des coupables (les hommes pécheurs). Mais comment faire ? Comment Jésus pourrait-il s’incarner sur la terre parmi les hommes sans être lui-même contaminé par le péché ? Un simple homme ne pouvait pas féconder une femme pour que Jésus puisse s’introduire sur la terre, car le sang de Jésus aurait été certainement tâché par le péché. Il aurait été lui-même un pécheur sujet à la mort spirituelle et physique. Il n’aurait pas pu nous sauver, car il aurait été lui-même un pécheur. Dieu devait donc envoyer son fils sur la terre sans l’intervention d’un homme. J’attire votre attention sur une prophétie donnée dans l’Ancien Testament 700 ans avant la naissance de Jésus-Christ : « Voilà pourquoi c’est le Seigneur lui-même qui vous donnera un signe : la vierge sera enceinte, elle mettra au monde un fils et l’appellera Emmanuel. » (Ésaïe 7:14, Traduction SG21). Emmanuel signifie « Dieu avec nous » (voir aussi Matthieu 1:23). Grâce à cette conception miraculeuse par le Saint-Esprit, Jésus le Fils de Dieu (et lui-même Dieu) s’incarna sur la terre. L’ombre du Saint-Esprit, l’onction de Dieu, vint sur la jeune vierge nommée Marie. Dieu conçut de façon surnaturelle dans son sein, Jésus, qui vécut une vie sans pareille. J’avoue que la conception virginale semble difficile à saisir selon la sagesse des hommes, mais selon la foi, c’est facile d’y croire car sans cette naissance virginale, il n’y aurait jamais eu un sauveur substitut pour nous, mais seulement un martyr !

  36. Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois.
  37. Car rien n’est impossible à Dieu.

    Luc 1:36-37
    La grossesse d’Élizabeth servira de témoignage pour Marie : une grossesse humainement impossible pour une telle femme âgée prouvera qu’une conception divinement miraculeuse sera en fait possible pour elle.

  38. Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! Et l’ange la quitta.

    Marie était une jeune femme de foi. Elle accepta le message de Gabriel et elle se soumit entièrement à la volonté du Seigneur.

  39. Dans ce même temps, Marie se leva, et s’en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda.
  40. Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Élisabeth.

    Luc 1:39-40
    Marie fut impatiente de voir Élizabeth et de constater qu’elle fut enceinte. Cette confirmation scella la parole de Gabriel dans son propre cœur concernant sa grossesse.

  41. Dès qu’Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint Esprit.
  42. Elle s’écria d’une voix forte : Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni.
  43. Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi ?
  44. Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon sein.
  45. Heureuse celle qui a cru, parce que les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur auront leur accomplissement.

    Luc 1:41-45
    « Heureuse celle qui a cru… » : la foi de Marie produisit des louanges dans la bouche d’Élisabeth.

  46. Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur,
  47. Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,
  48. Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,
  49. Parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint,
  50. Et sa miséricorde s’étend d’âge en âge Sur ceux qui le craignent.
  51. Il a déployé la force de son bras ; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.
  52. Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles.
  53. Il a rassasié de biens les affamés, Et il a renvoyé les riches à vide.
  54. Il a secouru Israël, son serviteur, Et il s’est souvenu de sa miséricorde, –
  55. Comme il l’avait dit à nos pères, -Envers Abraham et sa postérité pour toujours.

    Luc 1:46-55
    Marie loua le Seigneur pour sa fidélité. | Il faut aussi remarquer le contexte du verset cinquante-cinq : Dieu « a rassasié de biens les affamés ». En d’autres termes, Dieu avait pourvu à ceux qui étaient dans le besoin tandis que les riches (qui n’avaient apparemment rien fait, probablement à cause de la cupidité) avaient été renvoyés avec rien du tout. Nous ne devrions pas interpréter ce verset comme indiquant que Marie louait Dieu pour le châtiment gratuit des riches.

  56. Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois. Puis elle retourna chez elle.
  57. Le temps où Élisabeth devait accoucher arriva, et elle enfanta un fils.
  58. Ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur avait fait éclater envers elle sa miséricorde, et ils se réjouirent avec elle.
  59. Le huitième jour, ils vinrent pour circoncire l’enfant, et ils l’appelaient Zacharie, du nom de son père.

    Pour plus d’informations sur la circoncision, découvrez les notes sur Genèse 15:18.

  60. Mais sa mère prit la parole, et dit : Non, il sera appelé Jean.
  61. Ils lui dirent : Il n’y a dans ta parenté personne qui soit appelé de ce nom.
  62. Et ils firent des signes à son père pour savoir comment il voulait qu’on l’appelle.
  63. Zacharie demanda des tablettes, et il écrivit : Jean est son nom. Et tous furent dans l’étonnement.
  64. Au même instant, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia, et il parlait, bénissant Dieu.

    Luc 1:60-64
    Le verset soixante deux révèle que Zacharie fut non seulement muet mais aussi sourd : « Et ils firent des
    signes à son père pour savoir comment il voulait qu’on l’appelle. ». Élizabeth et Zacharie eurent convenu que leur fils s’appellerait « Jean ». Leur obéissance restaura Zacharie complètement.

  65. La crainte s’empara de tous les habitants d’alentour, et, dans toutes les montagnes de la Judée, on s’entretenait de toutes ces choses.
  66. Tous ceux qui les apprirent les gardèrent dans leur coeur, en disant : Que sera donc cet enfant ? Et la main du Seigneur était avec lui.
  67. Zacharie, son père, fut rempli du Saint Esprit, et il prophétisa, en ces mots :
  68. Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, De ce qu’il a visité et racheté son peuple,
  69. Et nous a suscité un puissant Sauveur Dans la maison de David, son serviteur,
  70. Comme il l’avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens, –
  71. Un Sauveur qui nous délivre de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent !
  72. C’est ainsi qu’il manifeste sa miséricorde envers nos pères, Et se souvient de sa sainte alliance,
  73. Selon le serment par lequel il avait juré à Abraham, notre père,
  74. De nous permettre, après que nous serions délivrés de la main de nos ennemis, De le servir sans crainte,
  75. En marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie.

    Luc 1:67-75
    Zacharie parla du Dieu de l’alliance, identifiant les origines de l’alliance aux paroles prononcées sur Abraham, notre père dans la foi (Galates 3:29).
    Voir les notes sur Genèse 12:2-3.

  76. Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très Haut ; Car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer ses voies,
  77. Afin de donner à son peuple la connaissance du salut Par le pardon de ses péchés,
  78. Grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, En vertu de laquelle le soleil levant nous a visités d’en haut,
  79. Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, Pour diriger nos pas dans le chemin de la paix.

    Luc 1:76-79
    Zacharie prophétisa ici sur son fils Jean, déclarant qu’il était un prophète du Très-Haut chargé de préparer le chemin du Seigneur. Le verset soixante-dix-sept note que le message de Jean transmettra « la connaissance du salut par le pardon de ses péchés ». Le pardon était et demeure toujours dans le cœur de Dieu pour tous les pécheurs coupables.

  80. Or, l’enfant croissait, et se fortifiait en esprit. Et il demeura dans les déserts, jusqu’au jour où il se présenta devant Israël.