Actes 23

  1. Paul, les regards fixés sur le sanhédrin, dit : Hommes frères, c’est en toute bonne conscience que je me suis conduit jusqu’à ce jour devant Dieu…
  2. Le souverain sacrificateur Ananias ordonna à ceux qui étaient près de lui de le frapper sur la bouche.

    Actes 23:1-2
    Paul se tint devant les 71 membres du sanhédrin et Ananias, le souverain sacrificateur. Alors que Paul parla de son cœur, Ananias le fit frapper au visage. La religion déteste la vérité et aime la violence.

  3. Alors Paul lui dit : Dieu te frappera, muraille blanchie ! Tu es assis pour me juger selon la loi, et tu violes la loi en ordonnant qu’on me frappe !
  4. Ceux qui étaient près de lui dirent : Tu insultes le souverain sacrificateur de Dieu !
  5. Et Paul dit : Je ne savais pas, frères, que ce fût le souverain sacrificateur ; car il est écrit : Tu ne parleras pas mal du chef de ton peuple.

    Actes 23:3-5
    Paul parla dans l’ignorance. Ceci dit, son ignorance fut encouragée par Ananias qui eut agi d’une manière indigne de sa position spirituelle. | « Tu ne maudiras point Dieu, et tu ne maudiras point le prince de ton peuple. » (Exode 22:28).

  6. Paul, sachant qu’une partie de l’assemblée était composée de sadducéens et l’autre de pharisiens, s’écria dans le sanhédrin : Hommes frères, je suis pharisien, fils de pharisien ; c’est à cause de l’espérance et de la résurrection des morts que je suis mis en jugement.
  7. Quand il eut dit cela, il s’éleva une discussion entre les pharisiens et les sadducéens, et l’assemblée se divisa.
  8. Car les sadducéens disent qu’il n’y a point de résurrection, et qu’il n’existe ni ange ni esprit, tandis que les pharisiens affirment les deux choses.
  9. Il y eut une grande clameur, et quelques scribes du parti des pharisiens, s’étant levés, engagèrent un vif débat, et dirent : Nous ne trouvons aucun mal en cet homme ; peut-être un esprit ou un ange lui a-t-il parlé.
  10. Comme la discorde allait croissant, le tribun craignant que Paul ne fût mis en pièces par ces gens, fit descendre les soldats pour l’enlever du milieu d’eux et le conduire à la forteresse.

    Actes 23:6-10
    Paul détourna l’attention de lui-même vers sa théologie, parlant de sa foi en la résurrection. Il savait que les hommes devant qui il se tenait (les sadducéens et les pharisiens) étaient divisés sur ce sujet. Paul fut divinement inspiré en parlant de la résurrection car ce discours le libéra des religieux pendant un moment.

  11. La nuit suivante, le Seigneur apparut à Paul, et dit : Prends courage ; car, de même que tu as rendu témoignage de moi dans Jérusalem, il faut aussi que tu rendes témoignage dans Rome.

    Paul revit Jésus en vision. Le Seigneur l’encouragea et l’informa qu’il exercerait bientôt le ministère à Rome. Cela signifia qu’il ne mourrait pas à Jérusalem à ce moment-là.

  12. Quand le jour fut venu, les Juifs formèrent un complot, et firent des imprécations contre eux-mêmes, en disant qu’ils s’abstiendraient de manger et de boire jusqu’à ce qu’ils eussent tué Paul.
  13. Ceux qui formèrent ce complot étaient plus de quarante,
  14. et ils allèrent trouver les principaux sacrificateurs et les anciens, auxquels ils dirent : Nous nous sommes engagés, avec des imprécations contre nous-mêmes, à ne rien manger jusqu’à ce que nous ayons tué Paul.
  15. Vous donc, maintenant, adressez-vous avec le sanhédrin au tribun, pour qu’il l’amène devant vous, comme si vous vouliez examiner sa cause plus exactement ; et nous, avant qu’il approche, nous sommes prêts à le tuer.

    Actes 23:12-15
    Plus de 40 Juifs avaient prévu de ne rien manger ni boire jusqu’à ce qu’ils aient tué Paul. Ce plan s’effondra car le Seigneur le délivra.

  16. Le fils de la soeur de Paul, ayant eu connaissance du guet-apens, alla dans la forteresse en informer Paul.
  17. Paul appela l’un des centeniers, et dit : Mène ce jeune homme vers le tribun, car il a quelque chose à lui rapporter.
  18. Le centenier prit le jeune homme avec lui, le conduisit vers le tribun, et dit : Le prisonnier Paul m’a appelé, et il m’a prié de t’amener ce jeune homme, qui a quelque chose à te dire.
  19. Le tribun, prenant le jeune homme par la main, et se retirant à l’écart, lui demanda : Qu’as-tu à m’annoncer ?
  20. Il répondit : Les Juifs sont convenus de te prier d’amener Paul demain devant le sanhédrin, comme si tu devais t’enquérir de lui plus exactement.
  21. Ne les écoute pas, car plus de quarante d’entre eux lui dressent un guet-apens, et se sont engagés, avec des imprécations contre eux-mêmes, à ne rien manger ni boire jusqu’à ce qu’ils l’aient tué ; maintenant ils sont prêts, et n’attendent que ton consentement.
  22. Le tribun renvoya le jeune homme, après lui avoir recommandé de ne parler à personne de ce rapport qu’il lui avait fait.
  23. Ensuite il appela deux des centeniers, et dit : Tenez prêts, dès la troisième heure de la nuit, deux cents soldats, soixante-dix cavaliers et deux cents archers, pour aller jusqu’à Césarée.
  24. Qu’il y ait aussi des montures pour Paul, afin qu’on le mène sain et sauf au gouverneur Félix.
  25. Il écrivit une lettre ainsi conçue :
  26. Claude Lysias au très excellent gouverneur Félix, salut !
  27. Cet homme, dont les Juifs s’étaient saisis, allait être tué par eux, lorsque je survins avec des soldats et le leur enlevai, ayant appris qu’il était Romain.
  28. Voulant connaître le motif pour lequel ils l’accusaient, je l’amenai devant leur sanhédrin.
  29. J’ai trouvé qu’il était accusé au sujet de questions relatives à leur loi, mais qu’il n’avait commis aucun crime qui mérite la mort ou la prison.
  30. Informé que les Juifs lui dressaient des embûches, je te l’ai aussitôt envoyé, en faisant savoir à ses accusateurs qu’ils eussent à s’adresser eux-mêmes à toi. Adieu.
  31. Les soldats, selon l’ordre qu’ils avaient reçu, prirent Paul, et le conduisirent pendant la nuit jusqu’à Antipatris.
  32. Le lendemain, laissant les cavaliers poursuivre la route avec lui, ils retournèrent à la forteresse.
  33. Arrivés à Césarée, les cavaliers remirent la lettre au gouverneur, et lui présentèrent Paul.
  34. Le gouverneur, après avoir lu la lettre, demanda de quelle province était Paul. Ayant appris qu’il était de la Cilicie :
  35. Je t’entendrai, dit-il, quand tes accusateurs seront venus. Et il ordonna qu’on le gardât dans le prétoire d’Hérode.

    Actes 23:16-35
    Paul fut escorté, et protégé, par deux cents soldats, soixante-dix cavaliers et deux cents archers grâce à l’intervention de son neveu. La citoyenneté romaine de Paul lui fut de nouveau utile.

Êtes-vous béni par le travail effectué par l’équipe du département « Les publications Victoire » ?

Avez-vous pensé à être un canal de bénédiction vous-même ?

Si vous avez à coeur de servir le seigneur Jésus avec les talents que Dieu vous donné, inscrivez-vous et recevez un document de présentation du département, un mot du directeur et plusieurs catégories de services potentiels (transcription, relecture orthographique, gestion de contenu, organisation, graphisme, …).

Prenez votre place à nos côtés pour glorifier Dieu avec vos capacités et des actions concrètes.