Actes 3

  1. Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l’heure de la prière : c’était la neuvième heure.

    On voit ici que Pierre et Jean étaient des hommes de prière et qu’ils se réunissaient dans le temple, vers 15h, afin de chercher le Seigneur.

  2. Il y avait un homme boiteux de naissance, qu’on portait et qu’on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu’il demandât l’aumône à ceux qui entraient dans le temple.

    L’homme boiteux de naissance n’avait aucune idée que sa vie allait changer pour toujours.

  3. Cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l’aumône.
  4. Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit : Regarde-nous.
  5. Et il les regardait attentivement, s’attendant à recevoir d’eux quelque chose.

    Actes 3:3-5
    L’homme boiteux s’attendait à ce que Pierre et Jean lui fassent un don de bienfaisance, lui donnant de l’argent. Ils lui donnèrent quelque chose qui dépassa de loin ses attentes et ses désirs.

  6. Alors Pierre lui dit : Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ de Nazareth, lève-toi et marche.

    À ce moment précis, Pierre n’avait ni argent, ni or avec lui mais il avait un nom d’autorité et de puissance à sa disposition, le nom de Jésus ! Il prononça alors le commandement de la foi : « lève-toi et marche ». Certains moqueurs des temps modernes ridiculisent les croyants qui parlent de cette façon aujourd’hui. Les opposants prétendent que seul Jésus pouvait parler ainsi. Il est vrai que Jésus a bel et bien prononcé ces paroles « lève-toi et marche » (Matthieu 9:5, Marc 2:9, Luc 5:23, Jean 5:8) mais Pierre, un apôtre du seigneur Jésus, utilisa ce même langage. Tous les hommes et les femmes de Dieu peuvent aussi déclarer avec foi le miraculeux et ainsi voir la gloire de l’Éternel se manifester !

  7. Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes ;
  8. d’un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu.
  9. Tout le monde le vit marchant et louant Dieu.
  10. Ils reconnaissaient que c’était celui qui était assis à la Belle porte du temple pour demander l’aumône, et ils furent remplis d’étonnement et de surprise au sujet de ce qui lui était arrivé.

    Actes 3:7-10
    « Et le prenant par la main droite, il le fit lever » : Nous voyons ici « le don d’opérer des miracles » (1 Corinthiens 12:10) en action. Ce don implique que celui qui « opère » un miracle exerce sa foi concrètement. Pierre prit la main droite de l’homme et « le fit lever ». Sa foi fut active et non passive. | La guérison des malades produit une réaction typique. Cette personne qui fut guérie, marcha, sauta, et loua Dieu ! Voilà ce qui glorifie vraiment l’Éternel ! Cette guérison surnaturelle étonna les hommes et produisit un témoignage puissant, révélant que le nom de Jésus pouvait guérir les malades même après sa crucifixion.

  11. Comme il ne quittait pas Pierre et Jean, tout le peuple étonné accourut vers eux, au portique dit de Salomon.
  12. Pierre, voyant cela, dit au peuple : Hommes Israélites, pourquoi vous étonnez-vous de cela ? Pourquoi avez-vous les regards fixés sur nous, comme si c’était par notre propre puissance ou par notre piété que nous eussions fait marcher cet homme ?
  13. Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, que vous avez livré et renié devant Pilate, qui était d’avis qu’on le relâchât.
  14. Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accordât la grâce d’un meurtrier.
  15. Vous avez fait mourir le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts ; nous en sommes témoins.
  16. C’est par la foi en son nom que son nom a raffermi celui que vous voyez et connaissez ; c’est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en présence de vous tous.

    Pierre ne tira aucune gloire du miracle qui s’était produit, mais parla du nom de Jésus, la source de cette puissance surnaturelle.

  17. Et maintenant, frères, je sais que vous avez agi par ignorance, ainsi que vos chefs.
  18. Mais Dieu a accompli de la sorte ce qu’il avait annoncé d’avance par la bouche de tous ses prophètes, que son Christ devait souffrir.

    Actes 3:17-18
    Pierre parla aux hommes étonnés, leur racontant ce que les écritures de l’Ancien Testament eurent prophétisé la venue du messie et la souffrance qu’il devait endurer.

  19. Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés,
  20. afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus Christ,
  21. que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes.

    Actes 3:19-21
    Comment voir la dette des péchés effacés ? La réponse de l’époque et celle d’aujourd’hui demeure la même : la repentance. De plus, le réveil spirituel exige que l’homme se détourne de ses péchés et qu’il embrasse la présence restauratrice de Dieu. Le verset 20 concerne la seconde venue de Christ (Apocalypse 19), l’ultime délivrance ! Le verset 21 précise que Jésus demeurera au ciel jusqu’au moment du « temps du rétablissement de toutes choses ». Un jour, Jésus règnera sur la terre dans un gouvernement de paix universelle et éternelle. Pour plus d’informations sur les événements de la fin des temps, découvrez les notes commentées sur l’Apocalypse.

  22. Moïse a dit : Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi ; vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira,
  23. et quiconque n’écoutera pas ce prophète sera exterminé du milieu du peuple.
  24. Tous les prophètes qui ont successivement parlé, depuis Samuel, ont aussi annoncé ces jours-là.

    Actes 3:22-24
    « Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi… » : Pierre faisait référence à Deutéronome 18:15-19 qui parlait de la venue du messie : « L’Éternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d’entre tes frères, un prophète [le messie, Jésus] comme moi : vous l’écouterez ! Il répondra ainsi à la demande que tu fis à l’Éternel, ton Dieu, à Horeb, le jour de l’assemblée, quand tu disais : Que je n’entende plus la voix de l’Éternel, mon Dieu, et que je ne voie plus ce grand feu, afin de ne pas mourir. L’Éternel me dit : Ce qu’ils ont dit est bien. Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. Et si quelqu’un n’écoute pas mes paroles qu’il dira en mon nom, c’est moi qui lui en demanderai compte. ». En d’autres termes, rejeter les paroles de ce prophète, le Christ, signifiait le rejet de l’Éternel qui l’avait envoyé. | Samuel, mentionné au verset 24, fut le premier prophète en Israël.

  25. Vous êtes les fils des prophètes et de l’alliance que Dieu a traitée avec nos pères, en disant à Abraham : Toutes les familles de la terre seront bénies en ta postérité.
  26. C’est à vous premièrement que Dieu, ayant suscité son serviteur, l’a envoyé pour vous bénir, en détournant chacun de vous de ses iniquités.

    Actes 3:25-26
    En substance, Pierre disait : « Comme vous êtes les fils de l’alliance [Genèse 12:1-3], Dieu vous a d’abord envoyé son prophète, que vous auriez dû reconnaître mais vous l’avez malheureusement rejeté. ».