Actes 5

  1. Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété,
  2. et retint une partie du prix, sa femme le sachant ; puis il apporta le reste, et le déposa aux pieds des apôtres.

    Actes 5:1-2
    Ananias et Saphira, un couple dans l’église primitive, vendirent une propriété, déposant une partie du prix aux pieds des apôtres. Notons qu’il n’y avait aucune obligation de leur part de donner quoi que ce soit à l’église, cependant, ils prétendirent avoir donné l’entièreté de leurs revenus. Leur don fut donc offert dans la malhonnêteté et avec des motivations certainement impures. Voulaient-ils inspirer l’admiration des croyants pour leur propre gloire ? Était-ce un moyen pour eux de gagner la confiance des chrétiens pour ensuite les frauder ? Le texte ne le précise pas mais nous savons que leur fin fut désastreuse.

  3. Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu mentes au Saint Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ?

    De nombreux commentateurs bibliques se sont demandés si Ananias et Saphira étaient ou non véritablement sauvés. Si oui, pourquoi n’ont-ils pas bénéficié de la grâce de Dieu comme nous le faisons aujourd’hui ? La question sur leur état spirituel se révéla lorsque Pierre posa à Ananias une question importante : « Pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur… ? ». La Parole de Dieu dit : « Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. » (1 Jean 4:4). Je maintiens que ce couple n’était pas de véritables enfants de Dieu. On ne peut pas être rempli de Satan et du Saint-Esprit en même temps. | Notons également que leur tromperie fut dirigée contre le Saint-Esprit qu’ils prétendaient avoir.

  4. S’il n’eût pas été vendu, ne te restait-il pas ? Et, après qu’il a été vendu, le prix n’était-il pas à ta disposition ? Comment as-tu pu mettre en ton coeur un pareil dessein ? Ce n’est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.

    Le verset 4 confirme qu’Ananias et Saphira étaient libres de faire de leur argent ce qu’ils voulaient. Pierre répéta qu’Ananias eut menti au Saint-Esprit.

  5. Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira. Une grande crainte saisit tous les auditeurs.

    Ananias décéda sur le champ lorsque Pierre l’eut confronté du fait qu’il eut menti. | Il y a une loi spirituelle qui existe, la loi des semences et des récoltes, qui se révéla bien réelle dans sa vie. Ananias sema dans la corruption et il récolta la mort : « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. » (Galates 6:7-8). Certaines récoltes, lorsque la vérité est déclarée, arrivent plus rapidement que d’autres ! | Ananias venait tout juste de récolter le salaire du péché : la mort (Romains 6:23). « Une grande crainte » s’installa ensuite parmi l’Église révélant que la vie de l’imposteur n’était pas le modèle à suivre !

  6. Les jeunes gens, s’étant levés, l’enveloppèrent, l’emportèrent, et l’ensevelirent.
  7. Environ trois heures plus tard, sa femme entra, sans savoir ce qui était arrivé.
  8. Pierre lui adressa la parole : Dis-moi, est-ce à un tel prix que vous avez vendu le champ ? Oui, répondit-elle, c’est à ce prix-là.
  9. Alors Pierre lui dit : Comment vous êtes-vous accordés pour tenter l’Esprit du Seigneur ? Voici, ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t’emporteront.
  10. Au même instant, elle tomba aux pieds de l’apôtre, et expira. Les jeunes gens, étant entrés, la trouvèrent morte ; ils l’emportèrent, et l’ensevelirent auprès de son mari.
  11. Une grande crainte s’empara de toute l’assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses.

    Actes 5:10-11
    Saphira vécut le même sort que celui de son mari. L’Église éprouva la même chose : « Une grande crainte s’empara de toute l’assemblée… ».

  12. Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon,
  13. et aucun des autres n’osait se joindre à eux ; mais le peuple les louait hautement.
  14. Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s’augmentait de plus en plus ;
  15. en sorte qu’on apportait les malades dans les rues et qu’on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu’un d’eux.

    Notons que Pierre était si oint du Saint-Esprit que sa présence parmi les gens guérissait les malades.

  16. La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs ; et tous étaient guéris.

    Actes 5:12-16
    L’Église primitive marchait dans la crainte du Seigneur ainsi que dans la puissance de Dieu. Ces deux éléments sont des incontournables dans l’Église vraiment éveillée et croissante.

  17. Cependant le souverain sacrificateur et tous ceux qui étaient avec lui, savoir le parti des sadducéens, se levèrent, remplis de jalousie,
  18. mirent les mains sur les apôtres, et les jetèrent dans la prison publique.
  19. Mais un ange du Seigneur, ayant ouvert pendant la nuit les portes de la prison, les fit sortir, et leur dit :

    Actes 5:17-19
    Les gens jaloux et religieux s’opposent toujours à l’œuvre du Seigneur, mais rien ne peut vraiment empêcher celle qui vient de Dieu. Même lorsqu’un croyant est emprisonné, le Seigneur sait comment le délivrer !

  20. Allez, tenez-vous dans le temple, et annoncez au peuple toutes les paroles de cette vie.
  21. Ayant entendu cela, ils entrèrent dès le matin dans le temple, et se mirent à enseigner. Le souverain sacrificateur et ceux qui étaient avec lui étant survenus, ils convoquèrent le sanhédrin et tous les anciens des fils d’Israël, et ils envoyèrent chercher les apôtres à la prison.

    Actes 5:20-21
    Un ange du Seigneur demanda aux apôtres d’enseigner dans le temple. Ils acceptèrent et firent exactement ce que l’ange leur eut dit.

  22. Les huissiers, à leur arrivée, ne les trouvèrent point dans la prison. Ils s’en retournèrent, et firent leur rapport,
  23. en disant : Nous avons trouvé la prison soigneusement fermée, et les gardes qui étaient devant les portes ; mais, après avoir ouvert, nous n’avons trouvé personne dedans.

    Comment les apôtres purent-ils être libérés d’une prison soigneusement fermée et gardée ?

  24. Lorsqu’ils eurent entendu ces paroles, le commandant du temple et les principaux sacrificateurs ne savaient que penser des apôtres et des suites de cette affaire.
  25. Quelqu’un vint leur dire : Voici, les hommes que vous avez mis en prison sont dans le temple, et ils enseignent le peuple.
  26. Alors le commandant partit avec les huissiers, et les conduisit sans violence, car ils avaient peur d’être lapidés par le peuple.
  27. Après qu’ils les eurent amenés en présence du sanhédrin, le souverain sacrificateur les interrogea en ces termes :
  28. Ne vous avons-nous pas défendu expressément d’enseigner en ce nom-là ? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme !
  29. Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.

    Actes 5:28-29
    Les hommes religieux interrogèrent les apôtres concernant leur désobéissance à suivre leurs instructions. Les apôtres confirmèrent que Dieu était leur seule autorité véritable.

  30. Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois.
  31. Dieu l’a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés.
  32. Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.

    Actes 5:30-32
    Les apôtres prêchèrent de nouveau la vérité sur Jésus ainsi que sur ceux qui l’avaient rejeté.

  33. Furieux de ces paroles, ils voulaient les faire mourir.

    Les amis des ténèbres détestent la lumière.

  34. Mais un pharisien, nommé Gamaliel, docteur de la loi, estimé de tout le peuple, se leva dans le sanhédrin, et ordonna de faire sortir un instant les apôtres.
  35. Puis il leur dit : Hommes Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à l’égard de ces gens.
  36. Car, il n’y a pas longtemps que parut Theudas, qui se donnait pour quelque chose, et auquel se rallièrent environ quatre cents hommes : il fut tué, et tous ceux qui l’avaient suivi furent mis en déroute et réduits à rien.
  37. Après lui, parut Judas le Galiléen, à l’époque du recensement, et il attira du monde à son parti : il périt aussi, et tous ceux qui l’avaient suivi furent dispersés.
  38. Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette oeuvre vient des hommes, elle se détruira ;
  39. mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d’avoir combattu contre Dieu.

    Actes 5:34-39
    Gamaliel donna de sages conseils à ses associés : « Ne courez pas le risque d’avoir combattu contre Dieu ». Il leur recommanda de libérer les apôtres.

  40. Ils se rangèrent à son avis. Et ayant appelé les apôtres, ils les firent battre de verges, ils leur défendirent de parler au nom de Jésus, et ils les relâchèrent.
  41. Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus.
  42. Et chaque jour, dans le temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’enseigner, et d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus Christ.

    Actes 5:40-42
    Bien que les apôtres furent battus et défendus de parler au nom de Jésus, ils se réjouirent de l’honneur d’avoir été persécutés pour leur foi en Jésus-Christ : « Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. » (Matthieu 5:11-12).