Exode 12

  1. L’Éternel dit à Moïse et à Aaron dans le pays d’Égypte :
  2. Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois ; il sera pour vous le premier des mois de l’année.
  3. Parlez à toute l’assemblée d’Israël, et dites : Le dixième jour de ce mois, on prendra un agneau pour chaque famille, un agneau pour chaque maison.

    L’agneau pour chaque famille, pour chaque maison, était un symbole prophétique du Seigneur Jésus-Christ (1 Pierre 1:19).

  4. Si la maison est trop peu nombreuse pour un agneau, on le prendra avec son plus proche voisin, selon le nombre des personnes ; vous compterez pour cet agneau d’après ce que chacun peut manger.
  5. Ce sera un agneau sans défaut, mâle, âgé d’un an ; vous pourrez prendre un agneau ou un chevreau.

    Comme l’agneau était un symbole prophétique du Seigneur Jésus-Christ, il devait être jeune et un mâle parfait.

  6. Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois ; et toute l’assemblée d’Israël l’immolera entre les deux soirs.

    L’agneau immolé était un symbole de l’agneau divin immolé. L’agneau mourut vers quinze heures, la même heure où Jésus mourut. (Matthieu 27:46)

  7. On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons où on le mangera.

    Le sang de l’agneau appliqué sur les poteaux servit à identifier la famille à protéger d’une manière surnaturelle. Le fait de manger l’agneau symbolise aussi le repas du Seigneur aujourd’hui (1 Corinthiens 11:23-34). Nous mangeons, c’est-à-dire, recevons Christ entièrement.

  8. Cette même nuit, on en mangera la chair, rôtie au feu ; on la mangera avec des pains sans levain et des herbes amères.
  9. Vous ne le mangerez point à demi cuit et bouilli dans l’eau ; mais il sera rôti au feu, avec la tête, les jambes et l’intérieur.
  10. Vous n’en laisserez rien jusqu’au matin ; et, s’il en reste quelque chose le matin, vous le brûlerez au feu.

    Exode 12:8-10
    L’agneau, « rôti au feu », symbolise les souffrances du Seigneur Jésus-Christ lorsqu’il fut offert en sacrifice afin de payer la dette des péchés de l’humanité. Il ne fut pas sacrifié à moitié mais entièrement. Nous retrouvons dans 1 Corinthiens 5:7-8 le sens du levain : « Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. ». Les herbes amères signifient l’amertume de leur vie en esclavage (Exode 1:14).

  11. Quand vous le mangerez, vous aurez vos reins ceints, vos souliers aux pieds, et votre bâton à la main ; et vous le mangerez à la hâte. C’est la Pâque de l’Éternel.

    Moïse donna l’instruction au peuple d’Israël de manger le repas pascal rapidement, signifiant que leur départ arrivait.

  12. Cette nuit-là, je passerai dans le pays d’Égypte, et je frapperai tous les premiers-nés du pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu’aux animaux, et j’exercerai des jugements contre tous les dieux de l’Égypte. Je suis l’Éternel.
  13. Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Égypte.

    Exode 12:12-13
    Dieu déclara qu’il allait passer en Égypte : « … je frapperai tous les premiers-nés du pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu’aux animaux ». Même les animaux étaient adorés par les Égyptiens alors ils furent inclus dans ce jugement. | Comment est-ce possible que sa présence frappa (ou tua) les premiers-nés ? En fait, sa parole de jugement suffit. Dieu précisa ici qu’il exercerait « … des jugements contre tous les dieux de l’Égypte ». Son jugement était juste. Autrement dit, Dieu affirma : « Je suis l’Éternel et je n’ai pas de semblable ! ». Les maisons protégées par le sang d’un agneau, qui symbolisait le sang de Jésus qui protège, furent épargnées du jugement. Les maisons « protégées » par des faux dieux ne bénéficièrent d’aucune protection divine.

  14. Vous conserverez le souvenir de ce jour, et vous le célébrerez par une fête en l’honneur de l’Éternel ; vous le célébrerez comme une loi perpétuelle pour vos descendants.

    Jésus honora cette parole en parlant de lui-même : « Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. » (Luc 22:19). Cette alliance est éternelle (Hébreux 13:20-21).

  15. Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. Dès le premier jour, il n’y aura plus de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé, du premier jour au septième jour, sera retranchée d’Israël.

    Le pain sans levain représentait une vie sans péché alors celui qui refusait cette instruction refusait aussi une vie sainte.

  16. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation ; et le septième jour, vous aurez une sainte convocation. On ne fera aucun travail ces jours-là ; vous pourrez seulement préparer la nourriture de chaque personne.

    Voici l’instauration du sabbat de la Pâque, un symbole de l’œuvre future du repos spirituel pour tout enfant de Dieu en Jésus-Christ.

  17. Vous observerez la fête des pains sans levain, car c’est en ce jour même que j’aurai fait sortir vos armées du pays d’Égypte ; vous observerez ce jour comme une loi perpétuelle pour vos descendants.
  18. Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au soir, vous mangerez des pains sans levain jusqu’au soir du vingt et unième jour.
  19. Pendant sept jours, il ne se trouvera point de levain dans vos maisons ; car toute personne qui mangera du pain levé sera retranchée de l’assemblée d’Israël, que ce soit un étranger ou un indigène.
  20. Vous ne mangerez point de pain levé ; dans toutes vos demeures, vous mangerez des pains sans levain.
  21. Moïse appela tous les anciens d’Israël, et leur dit : Allez prendre du bétail pour vos familles, et immolez la Pâque.

    Moïse prit vraiment sa place en tant que leader spirituel du peuple d’Israël.

  22. Vous prendrez ensuite un bouquet d’hysope, vous le tremperez dans le sang qui sera dans le bassin, et vous toucherez le linteau et les deux poteaux de la porte avec le sang qui sera dans le bassin. Nul de vous ne sortira de sa maison jusqu’au matin.

    Moïse donna les instructions de comment appliquer le sang sur le linteau et les deux poteaux. Tous devaient demeurer à l’intérieur de la maison afin d’être protégés du jugement qui arriverait pendant la nuit.

  23. Quand l’Éternel passera pour frapper l’Égypte, et verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l’Éternel passera par-dessus la porte, et il ne permettra pas au destructeur d’entrer dans vos maisons pour frapper.

    Voir les notes 12:12-13 pour plus de détails. | Nous lisons que Dieu « … ne permettra pas au destructeur d’entrer dans vos maisons pour frapper ». Nous savons déjà que Dieu allait passer en Égypte pour juger par sa parole, mais Dieu est-il un destructeur ? Non : « Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés : toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. » (Jacques 1:16-17). L’expression « don parfait » n’est certainement pas synonyme avec le mot destruction ! Dieu est bon et ce qui sort de lui est bon. Revenons au récit de la création : « … Dieu vit chaque chose qu’il avait faite, et voici, c’était très bon… » (Genèse 1:31). Maintenant, la Bible identifie Satan comme étant un destructeur : Apocalypse 9:11 révèle que l’un des noms de Satan est littéralement « Abaddon » (hébreu) ce qui signifie « le destructeur », ou encore « Apollyon » (grec) qui signifie « l’ange des abîmes, le destructeur ». De plus, nous lisons dans Jean 10:10 : « Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance. ». Si vous voyez quelqu’un se faire voler, égorger ou détruire, sachez que ce n’est pas la main de Dieu qui est à l’œuvre, mais celle du diable !Ayant établi tous ces points, comprenons aussi que Dieu est un juste juge : « Faire mourir le juste avec le méchant, en sorte qu’il en soit du juste comme du méchant, loin de toi cette manière d’agir ! loin de toi ! Celui qui juge toute la terre n’exercera-t-il pas la justice ? » (Genèse 18:25). Lorsque le Seigneur dit qu’il « frappe », il prononce en fait une parole de jugement qui permet alors à la destruction de frapper physiquement. Révision : Dieu déclare un jugement qui donne ensuite un accès à la destruction. Ceci ne signifie nullement que le jugement et ses résultats plaisent à Dieu ou que certains dénouements étaient en accord avec sa volonté parfaite. Dieu permet que plusieurs choses arrivent malgré lui. Comprenons aussi qu’il y a une vaste différence entre la volonté parfaite de Dieu et sa volonté permissive. La Parole révèle que c’est à contrecœur que Dieu permet la souffrance des hommes : « [Concernant le jugement à venir] que ferai-je de toi, Éphraïm ? Dois-je te livrer, Israël ? Te traiterai-je comme Adma [un endroit qui avait déjà été jugé] ? Te rendrai-je semblable à Tseboïm [un autre endroit qui avait déjà été jugé] ? Mon cœur s’agite au dedans de moi, toutes mes compassions sont émues. » (Osée 11:8) ; « Mais bien qu’il fait souffrir, toutefois il aura compassion, selon la multitude de ses miséricordes. Car ce n’est pas volontiers qu’il afflige et fait souffrir les enfants des hommes. » (Lamentations 3:32-33). Si les hommes souffrent quand Dieu proclame un jugement, c’est parce que cela serait impossible pour Dieu d’empêcher la souffrance sans violer sa propre justice.
    Conclusion : Posons-nous deux simples questions : 1 – Dieu traite-t-il tous les hommes de la même manière ? 2 – Dieu traite-t-il ses enfants tout comme ses ennemis ?
    La réponse est clairement non ! Nous ferions donc violence aux Écritures si nous attribuions aux croyants obéissants des versets de la Bible qui se réfèrent aux gens rebelles et désobéissants. Notons que Dieu faisait et fait toujours une distinction entre son peuple et le monde.

  24. Vous observerez cela comme une loi pour vous et pour vos enfants à perpétuité.
  25. Quand vous serez entrés dans le pays que l’Éternel vous donnera, selon sa promesse, vous observerez cet usage sacré.
  26. Et lorsque vos enfants vous diront : Que signifie pour vous cet usage ?
  27. vous répondrez : C’est le sacrifice de Pâque en l’honneur de l’Éternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d’Israël en Égypte, lorsqu’il frappa l’Égypte et qu’il sauva nos maisons. Le peuple s’inclina et se prosterna.

    Exode 12:24-27
    Le mémorial de la délivrance fut établi avant même la délivrance !

  28. Et les enfants d’Israël s’en allèrent, et firent ce que l’Éternel avait ordonné à Moïse et à Aaron ; ils firent ainsi.
  29. Au milieu de la nuit, l’Éternel frappa tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, depuis le premier-né de Pharaon assis sur son trône, jusqu’au premier-né du captif dans sa prison, et jusqu’à tous les premiers-nés des animaux.

    L’Éternel « frappa » par sa présence et par sa parole de jugement. Notons que le jugement fut la récolte de la désobéissance du pharaon qui était le responsable de toutes ces morts inutiles.

  30. Pharaon se leva de nuit, lui et tous ses serviteurs, et tous les Égyptiens ; et il y eut de grands cris en Égypte, car il n’y avait point de maison où il n’y eût un mort.

    Le pharaon s’était réfugié dans la protection de faux dieux. Il réalisera qu’ils sont impuissants face à la toute puissance de l’Éternel.

  31. Dans la nuit même, Pharaon appela Moïse et Aaron, et leur dit : Levez-vous, sortez du milieu de mon peuple, vous et les enfants d’Israël. Allez, servez l’Éternel, comme vous l’avez dit.
  32. Prenez vos brebis et vos boeufs, comme vous l’avez dit ; allez, et bénissez-moi.
  33. Les Égyptiens pressaient le peuple, et avaient hâte de le renvoyer du pays, car ils disaient : Nous périrons tous.

    Exode 12:31-33
    Comme Moïse l’eut prophétisé, le pharaon ordonna le départ d’Égypte du peuple d’Israël. Pharaon rajouta à ce moment : « … bénissez-moi », une requête possiblement sincère mais qui pourrait aussi s’interpréter comme signifiant : « Faites-moi plaisir et partez ! ». Les Égyptiens craignirent vraiment le peuple d’Israël alors ils voulurent qu’il parte aussitôt. Le verset 39 précise qu’il fut même chassé du pays ! Quel revirement remarquable !

  34. Le peuple emporta sa pâte avant qu’elle fût levée. Ils enveloppèrent les pétrins dans leurs vêtements, et les mirent sur leurs épaules.

    L’exode commença après 430 ans en Égypte.

  35. Les enfants d’Israël firent ce que Moïse avait dit, et ils demandèrent aux Égyptiens des vases d’argent, des vases d’or et des vêtements.
  36. L’Éternel fit trouver grâce au peuple aux yeux des Égyptiens, qui se rendirent à leur demande. Et ils dépouillèrent les Égyptiens.

    Exode 12:35-36
    L’heure de la rétribution arriva également.

  37. Les enfants d’Israël partirent de Ramsès pour Succoth au nombre d’environ six cent mille hommes de pied, sans les enfants.
  38. Une multitude de gens de toute espèce montèrent avec eux ; ils avaient aussi des troupeaux considérables de brebis et de bœufs.

    Exode 12:37-38
    Il est estimé par les théologiens qu’il y eut environ trois millions de personnes qui quittèrent l’Égypte.

  39. Ils firent des gâteaux cuits sans levain avec la pâte qu’ils avaient emportée d’Égypte, et qui n’était pas levée ; car ils avaient été chassés d’Égypte, sans pouvoir tarder, et sans prendre des provisions avec eux.

    Soulignons la phrase : « ils avaient été chassés d’Égypte » !

  40. Le séjour des enfants d’Israël en Égypte fut de quatre cent trente ans.
  41. Et au bout de quatre cent trente ans, le jour même, toutes les armées de l’Éternel sortirent du pays d’Égypte.
  42. Cette nuit sera célébrée en l’honneur de l’Éternel, parce qu’il les fit sortir du pays d’Égypte ; cette nuit sera célébrée en l’honneur de l’Éternel par tous les enfants d’Israël et par leurs descendants.

    Exode 12:40-42
    Le peuple eut le cœur rempli de joie grâce à cette délivrance miraculeuse. Cette célébration serait renouvelée tous les ans et dans toutes les générations du peuple d’Israël.

  43. L’Éternel dit à Moïse et à Aaron : Voici une ordonnance au sujet de la Pâque : Aucun étranger n’en mangera.
  44. Tu circonciras tout esclave acquis à prix d’argent ; alors il en mangera.
  45. L’habitant et le mercenaire n’en mangeront point.

    Exode 12:43-45
    Dieu précisa que la Pâque, la délivrance, était réservée pour son peuple et non pour les hommes rebelles. | Lisez les notes d’Exode 4:24 pour plus de détails sur le sens de la circoncision.

  46. On ne la mangera que dans la maison ; vous n’emporterez point de chair hors de la maison, et vous ne briserez aucun os.

    Il n’y a qu’une seule maison de protection aujourd’hui, la maison de Dieu ! Nous devons être en Jésus afin de bénéficier de la protection surnaturelle : « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » (Actes 4:12). | L’évangile de Jean confirme : « Aucun de ses os [en parlant de Jésus] ne sera brisé. » (Jean 19:36). Véritablement, Jean-Baptiste eut raison d’introduire Jésus comme étant : « … l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » (Jean 1:29).

  47. Toute l’assemblée d’Israël fera la Pâque.
  48. Si un étranger en séjour chez toi veut faire la Pâque de l’Éternel, tout mâle de sa maison devra être circoncis ; alors il s’approchera pour la faire, et il sera comme l’indigène ; mais aucun incirconcis n’en mangera.
  49. La même loi existera pour l’indigène comme pour l’étranger en séjour au milieu de vous.
  50. Tous les enfants d’Israël firent ce que l’Éternel avait ordonné à Moïse et à Aaron ; ils firent ainsi.
  51. Et ce même jour l’Éternel fit sortir du pays d’Égypte les enfants d’Israël, selon leurs armées.

    Le jour tant attendu arriva !