Exode 13

  1. L’Éternel parla à Moïse, et dit :
  2. Consacre-moi tout premier-né, tout premier-né parmi les enfants d’Israël, tant des hommes que des animaux : il m’appartient.

    L’instruction de consacrer tout premier-né signifiait « sacrifiez » (concernant les animaux exclusivement) ou « considérez comme appartenant à Dieu » (les enfants du peuple d’Israël). La mise à part des mâles premiers-nés en gage était un symbole de Jésus, le premier-né de plusieurs frères : « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. » (Romains 8:29).

  3. Moïse dit au peuple : Souvenez-vous de ce jour, où vous êtes sortis d’Égypte, de la maison de servitude ; car c’est par sa main puissante que l’Éternel vous en a fait sortir. On ne mangera point de pain levé.

    Dieu donna à son peuple ses instructions car il voulait leur souligner l’importance de toujours se remémorer ce jour de délivrance historique. Tous devaient se rappeler que c’était la main de l’Éternel qui les avait délivrés et non celle de l’homme.

  4. Vous sortez aujourd’hui, dans le mois des épis.
  5. Quand l’Éternel t’aura fait entrer dans le pays des Cananéens, des Héthiens, des Amoréens, des Héviens et des Jébusiens, qu’il a juré à tes pères de te donner, pays où coulent le lait et le miel, tu rendras ce culte à l’Éternel dans ce même mois.

    Le cœur de Dieu a toujours été que son peuple soit heureux vivant dans un pays où coulent le lait et le miel. Remarquons que Dieu n’a pas caché qu’ils auraient des ennemis vivant déjà dans leur terre promise. Par conséquent, nous devons également conclure que les promesses et l’héritage de Dieu ne viendront pas automatiquement (Matthieu 11:12). Nous devons exercer notre foi dans la victoire de Christ afin de recevoir ce que Dieu nous a promis : « Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d’un grand nombre de témoins. » (1 Timothée 6:12).

  6. Pendant sept jours, tu mangeras des pains sans levain ; et le septième jour, il y aura une fête en l’honneur de l’Éternel.
  7. On mangera des pains sans levain pendant les sept jours ; on ne verra point chez toi de pain levé, et l’on ne verra point chez toi de levain, dans toute l’étendue de ton pays.
  8. Tu diras alors à ton fils : C’est en mémoire de ce que l’Éternel a fait pour moi, lorsque je suis sorti d’Égypte.

    Exode 13:6-8
    L’Éternel donna l’instruction à son peuple de manger du pain sans levain pendant sept jours afin de commémorer ce jour de délivrance, et ce, à travers toutes les générations. | Le levain est fréquemment utilisé dans la Bible en tant que symbole du péché (1 Corinthiens 5:8). Nous savons aujourd’hui que le pain sans levain était un symbole du Seigneur Jésus-Christ (Jean 6:35) sans péché (Hébreux 4:15). De plus, Jésus est la source de toute véritable délivrance : « Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. » (Jean 8:36). Le chiffre sept représente la perfection divine dans les Écritures alors Dieu souligne la vérité que Christ est notre source parfaite de délivrance. Le peuple de Dieu doit toujours s’en rappeler. | Les Écritures révèlent les détails de cette fête de sept jours : « Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l’honneur de l’Éternel ; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation : vous ne ferez aucune œuvre servile. Vous offrirez à l’Éternel, pendant sept jours, des sacrifices consumés par le feu. Le septième jour, il y aura une sainte convocation : vous ne ferez aucune œuvre servile. » (Lévitique 23:6-8).

  9. Ce sera pour toi comme un signe sur ta main et comme un souvenir entre tes yeux, afin que la loi de l’Éternel soit dans ta bouche ; car c’est par sa main puissante que l’Éternel t’a fait sortir d’Égypte.

    Ce verset est certainement à l’origine de la pratique juive des hommes portant des « phylactères » : « … de petites boîtes carrées en cuir contenant des portions de l’Écriture portées par les juifs conservateurs et orthodoxes pendant les services de prière. Les phylactères sont portés en paire – un phylactère est attaché au bras gauche et un autre est attaché au front des hommes juifs pendant les prières du matin en semaine… » (Source : https://www.gotquestions.org/phylacteries.html).

  10. Tu observeras cette ordonnance au temps fixé d’année en année.
  11. Quand l’Éternel t’aura fait entrer dans le pays des Cananéens, comme il l’a juré à toi et à tes pères, et qu’il te l’aura donné,
  12. tu consacreras à l’Éternel tout premier-né, même tout premier-né des animaux que tu auras : les mâles appartiennent à l’Éternel.
  13. Tu rachèteras avec un agneau tout premier-né de l’âne ; et, si tu ne le rachètes pas, tu lui briseras la nuque. Tu rachèteras aussi tout premier-né de l’homme parmi tes fils.

    Dieu illustra ici la vérité concernant le rachat des premiers-nés. | Rachat : Le terme fait référence à l’achat de la liberté d’un esclave. Si nous sommes « rachetés », alors notre condition antérieure était celle d’un esclave. Dit autrement, Dieu a acheté notre liberté alors nous ne sommes plus esclaves du péché (Romains 6:14, Colossiens 1:12-14). Le mot « rançon » décrit aussi ce que Jésus a fait afin de nous libérer du péché : « C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs. » (Matthieu 20:28, voir aussi 1 Timothée 2:6). | Examinons maintenant le verset en question : « Tu rachèteras avec un agneau [un symbole de Jésus : l’Agneau de Dieu] tout premier-né de l’âne [la mort d’un agneau obtiendrait la rédemption du premier-né de l’âne, considéré comme étant un animal impur, représentant les hommes impurs, des pécheurs] ; et, si tu ne le rachètes pas [un âne non-racheté, tout comme un homme non-racheté, serait perdu], tu lui briseras la nuque [tout homme non-racheté mourra]. Tu rachèteras aussi tout premier-né de l’homme parmi tes fils [Jésus-Christ, le premier-né (Romains 8:29), fut sacrifié afin de sauver les pécheurs qui deviennent des nouvelles créatures en lui (2 Corinthiens 5:17). Les « premiers-nés de l’homme » sont des symboles d’une nouvelle race d’hommes, des hommes nés de nouveau (Jean 3:3), grâce à Christ]. ». Aujourd’hui, nous savons que Christ est cet agneau (Jean 1:29) qui a payé le prix du rachat : « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois, afin que la bénédiction d’Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis. » (Galates 3:13-14).

  14. Et lorsque ton fils te demandera un jour : Que signifie cela ? tu lui répondras : Par sa main puissante, l’Éternel nous a fait sortir d’Égypte, de la maison de servitude ;

    Une fois de plus, le peuple d’Israël devait se remémorer la source de leur délivrance : la main de Dieu.

  15. et, comme Pharaon s’obstinait à ne point nous laisser aller, l’Éternel fit mourir tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, depuis les premiers-nés des hommes jusqu’aux premiers-nés des animaux. Voilà pourquoi j’offre en sacrifice à l’Éternel tout premier-né des mâles, et je rachète tout premier-né de mes fils.

    Les premiers-nés de la maison du pharaon ne pouvaient vivre sans Dieu. Les phrases suivantes révèlent que la vie parviendrait par la voie des sacrifices : « Voilà pourquoi j’offre en sacrifice à l’Éternel tout premier-né des mâles, et je rachète tout premier-né de mes fils. ». Nous voyons ici le symbole que Jésus-Christ, le premier-né (Romains 8:29), fut sacrifié afin de sauver les pécheurs.

  16. Ce sera comme un signe sur ta main et comme des fronteaux entre tes yeux ; car c’est par sa main puissante que l’Éternel nous a fait sortir d’Égypte.

    Voir la note au verset 9 du même chapitre.

  17. Lorsque Pharaon laissa aller le peuple, Dieu ne le conduisit point par le chemin du pays des Philistins, quoique le plus proche ; car Dieu dit : Le peuple pourrait se repentir en voyant la guerre, et retourner en Égypte.
  18. Mais Dieu fit faire au peuple un détour par le chemin du désert, vers la mer Rouge. Les enfants d’Israël montèrent en armes hors du pays d’Égypte.

    Exode 13:17-18
    Dieu savait que la route la plus courte inclurait probablement la guerre et des difficultés, alors il ordonna à son peuple de prendre un détour vers la mer Rouge. Il les protégea de la tentation de vouloir retourner en Égypte.

  19. Moïse prit avec lui les os de Joseph ; car Joseph avait fait jurer les fils d’Israël, en disant : Dieu vous visitera, et vous ferez remonter avec vous mes os loin d’ici.

    Avant la mort de Joseph, il eut ordonné à ses fils que ses os soient retournés dans la terre promise : « Joseph fit jurer les fils d’Israël, en disant : Dieu vous visitera ; et vous ferez remonter mes os loin d’ici. » (Genèse 50:25). Ce jour fut enfin arrivé.

  20. Ils partirent de Succoth, et ils campèrent à Étham, à l’extrémité du désert.
  21. L’Éternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu’ils marchassent jour et nuit.
  22. La colonne de nuée ne se retirait point de devant le peuple pendant le jour, ni la colonne de feu pendant la nuit.

    Exode 13:21-22
    Dieu n’a pas seulement libéré son peuple mais il est allé devant lui, lui montrant le chemin, et ce, jour et nuit ! Cette même présence dirigeante du Seigneur est également disponible pour chaque enfant de Dieu aujourd’hui : « Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. » (Romains 8:14).