Genèse 21

  1. L’Éternel se souvint de ce qu’il avait dit à Sara, et l’Éternel accomplit pour Sara ce qu’il avait promis.
  2. Sara devint enceinte, et elle enfanta un fils à Abraham dans sa vieillesse, au temps fixé dont Dieu lui avait parlé.

    « Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Éternel ? Au temps fixé je reviendrai vers toi, à cette même époque ; et Sara aura un fils. » (Genèse 18:14). Dieu avait sans doute surnaturellement renouvelé la jeunesse de Sara pour qu’elle soit capable d’enfanter à 90 ans.

  3. Abraham donna le nom d’Isaac au fils qui lui était né, que Sara lui avait enfanté.

    En hébreu, le nom c’est Yitschaq, ce qui signifie « rire, il rit ». Avant sa naissance, Abraham et Sara riaient par incrédulité. Au verset 6, Sarah rit joyeusement. Vraiment, la naissance miraculeuse d’Isaac est une raison joyeuse de rire tout comme l’est l’expérience d’une nouvelle naissance, elle aussi étant miraculeuse !

  4. Abraham circoncit son fils Isaac, âgé de huit jours, comme Dieu le lui avait ordonné.

    « À l’âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu’il soit né dans la maison, ou qu’il soit acquis à prix d’argent de tout fils d’étranger, sans appartenir à ta race. » (Genèse 17:12). Découvrez l’annotation sur Genèse 15:18 pour plus d’information sur la circoncision.

  5. Abraham était âgé de cent ans, à la naissance d’Isaac, son fils.
  6. Et Sara dit : Dieu m’a fait un sujet de rire ; quiconque l’apprendra rira de moi.
  7. Elle ajouta : Qui aurait dit à Abraham : Sara allaitera des enfants ? Cependant je lui ai enfanté un fils dans sa vieillesse.

    « Qui aurait dit à Abraham ? » La réponse est simple : « Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient » (Romains 4:17).

  8. L’enfant grandit, et fut sevré ; et Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré.
  9. Sara vit rire le fils qu’Agar, l’Égyptienne, avait enfanté à Abraham ;

    Le rire d’Ismaël était celui de la moquerie et même de la persécution : « Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse ; et de même qu’alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l’Esprit, ainsi en est-il encore maintenant. » (Galates 4:28-29).

  10. et elle dit à Abraham : Chasse cette servante et son fils, car le fils de cette servante n’héritera pas avec mon fils, avec Isaac.
  11. Cette parole déplut fort aux yeux d’Abraham, à cause de son fils.

    Genèse 21:10-11
    Même si Sara disait la vérité, on peut discerner qu’elle ne considérait pas Ismaël comme étant un membre de sa propre famille. Elle parlait de « cette servante et son fils ». On peut certainement comprendre qu’Abraham ait été attristé par ses propos. | Notez aussi que ces deux femmes représentent deux alliances différentes dans les Écritures : l’alliance des œuvres [Agar] versus la grâce [Sara] et celle de la servitude [Agar] versus la liberté [Sara]. | Une alliance doit être expulsée afin de pouvoir accueillir la nouvelle. Voir Galates 4.

  12. Mais Dieu dit à Abraham : Que cela ne déplaise pas à tes yeux, à cause de l’enfant et de ta servante. Accorde à Sara tout ce qu’elle te demandera ; car c’est d’Isaac que sortira une postérité qui te sera propre.
  13. Je ferai aussi une nation du fils de ta servante ; car il est ta postérité.

    Genèse 21:12-13
    Dieu bénit aussi Ismaël car il était la postérité d’Abraham.

  14. Abraham se leva de bon matin ; il prit du pain et une outre d’eau, qu’il donna à Agar et plaça sur son épaule ; il lui remit aussi l’enfant, et la renvoya. Elle s’en alla, et s’égara dans le désert de Beer Schéba.
  15. Quand l’eau de l’outre fut épuisée, elle laissa l’enfant sous un des arbrisseaux,

    En hébreu, « l’enfant » signifie « jeune homme ». Ismaël avait possiblement entre 18 et 20 ans. Rappelons-nous qu’Ismaël a été circoncis à l’âge de 13 ans (Genèse 17:25) alors il n’était pas un petit enfant lorsqu’il a été chassé de la maison de son père avec sa mère.

  16. et alla s’asseoir vis-à-vis, à une portée d’arc ; car elle disait : Que je ne voie pas mourir mon enfant ! Elle s’assit donc vis-à-vis de lui, éleva la voix et pleura.
  17. Dieu entendit la voix de l’enfant ; et l’ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit : Qu’as-tu, Agar ? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est.
  18. Lève-toi, prends l’enfant, saisis-le de ta main ; car je ferai de lui une grande nation.

    Genèse 21:17-18
    L’ange de l’Éternel, Jésus dans son état pré-incarné (Jean 1:18), rassure et encourage Agar. | L’instruction : « Lève-toi, prends l’enfant, saisis-le de ta main » est une mauvaise traduction. En hébreu, le texte dit plutôt : « Place ta main sur son épaule et stabilise-le. ». La Bible Chouraqui traduit le texte ainsi : « Lève-toi, porte l’adolescent, renforce ta main sur lui… ».

  19. Et Dieu lui ouvrit les yeux, et elle vit un puits d’eau ; elle alla remplir d’eau l’outre, et donna à boire à l’enfant.

    Le Seigneur ouvrit les yeux d’Agar afin qu’elle puisse voir un puits d’eau qui était là, tout comme le Seigneur a ouvert les yeux de la Samaritaine afin qu’elle puisse reconnaître l’eau surnaturelle en Jésus : « … Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. » (Jean 4:14).

  20. Dieu fut avec l’enfant, qui grandit, habita dans le désert, et devint tireur d’arc.
  21. Il habita dans le désert de Paran, et sa mère lui prit une femme du pays d’Égypte.

    Genèse 21:20-21
    Ismaël épousa une étrangère et devint le père du peuple arabe.

  22. En ce temps-là, Abimélec, accompagné de Picol, chef de son armée, parla ainsi à Abraham : Dieu est avec toi dans tout ce que tu fais.
  23. Jure-moi maintenant ici, par le nom de Dieu, que tu ne tromperas ni moi, ni mes enfants, ni mes petits-enfants, et que tu auras pour moi et le pays où tu séjournes la même bienveillance que j’ai eue pour toi.
  24. Abraham dit : Je le jurerai.

    Genèse 21:22-24
    Abraham et le roi Abimélec ont établi une alliance d’amitié ensemble (Genèse 21:27). La bénédiction du Seigneur était évidente dans la vie d’Abraham tout comme elle devrait l’être dans nos vies : « C’est la bénédiction de l’Éternel qui enrichit, et il ne la fait suivre d’aucun chagrin. » (Proverbe 10:22). La bénédiction de la faveur attire les grands de ce monde dans nos vies. « Car tu bénis le juste, ô Éternel ! Tu l’entoures de ta grâce [faveur] comme d’un bouclier. » (Psaume 5:12).

  25. Mais Abraham fit des reproches à Abimélec, au sujet d’un puits d’eau, dont s’étaient emparés de force les serviteurs d’Abimélec.
  26. Abimélec répondit : J’ignore qui a fait cette chose-là ; tu ne m’en as point informé, et moi, je ne l’apprends qu’aujourd’hui.
  27. Et Abraham prit des brebis et des boeufs, qu’il donna à Abimélec ; et ils firent tous deux alliance.
  28. Abraham mit à part sept jeunes brebis.
  29. Et Abimélec dit à Abraham : Qu’est-ce que ces sept jeunes brebis, que tu as mises à part ?
  30. Il répondit : Tu accepteras de ma main ces sept brebis, afin que cela me serve de témoignage que j’ai creusé ce puits.

    Puisque le roi Abimélec acceptait les dons d’Abraham, cela indiquait qu’il acceptait aussi les termes de leur alliance.

  31. C’est pourquoi on appelle ce lieu Beer Schéba ; car c’est là qu’ils jurèrent l’un et l’autre.
  32. Ils firent donc alliance à Beer Schéba. Après quoi, Abimélec se leva, avec Picol, chef de son armée ; et ils retournèrent au pays des Philistins.
  33. Abraham planta des tamariscs à Beer Schéba ; et là il invoqua le nom de l’Éternel, Dieu de l’éternité.
  34. Abraham séjourna longtemps dans le pays des Philistins.

    Genèse 21:33-34
    Suite à l’établissement d’une alliance avec le roi Abimélec, Abraham a planté un arbre, représentant qu’il prenait possession de ce territoire.