Genèse 29

  1. Jacob se mit en marche, et s’en alla au pays des fils de l’Orient.
  2. Il regarda. Et voici, il y avait un puits dans les champs ; et voici, il y avait à côté trois troupeaux de brebis qui se reposaient, car c’était à ce puits qu’on abreuvait les troupeaux. Et la pierre sur l’ouverture du puits était grande.
  3. Tous les troupeaux se rassemblaient là ; on roulait la pierre de dessus l’ouverture du puits, on abreuvait les troupeaux, et l’on remettait la pierre à sa place sur l’ouverture du puits.
  4. Jacob dit aux bergers : Mes frères, d’où êtes-vous ? Ils répondirent : Nous sommes de Charan.
  5. Il leur dit : Connaissez-vous Laban, fils de Nachor ? Ils répondirent : Nous le connaissons.
  6. Il leur dit : Est-il en bonne santé ? Ils répondirent : Il est en bonne santé ; et voici Rachel, sa fille, qui vient avec le troupeau.

    Voici la première mention de la femme que Jacob aimerait infiniment, Rachel qui était bergère (Genèse 29:9).

  7. Il dit : Voici, il est encore grand jour, et il n’est pas temps de rassembler les troupeaux ; abreuvez les brebis, puis allez, et faites-les paître.
  8. Ils répondirent : Nous ne le pouvons pas, jusqu’à ce que tous les troupeaux soient rassemblés ; c’est alors qu’on roule la pierre de dessus l’ouverture du puits, et qu’on abreuve les brebis.
  9. Comme il leur parlait encore, survint Rachel avec le troupeau de son père ; car elle était bergère.
  10. Lorsque Jacob vit Rachel, fille de Laban, frère de sa mère, et le troupeau de Laban, frère de sa mère, il s’approcha, roula la pierre de dessus l’ouverture du puits, et abreuva le troupeau de Laban, frère de sa mère.

    Lorsque Jacob a rencontré Rachel, il a été immédiatement inspiré de lui venir en aide : « il s’approcha, roula la pierre de dessus l’ouverture du puits, et abreuva le troupeau… ». L’amour inspire des actions plus que de simples paroles.

  11. Et Jacob baisa Rachel, il éleva la voix et pleura.
  12. Jacob apprit à Rachel qu’il était parent de son père, qu’il était fils de Rebecca. Et elle courut l’annoncer à son père.

    Genèse 29:11-12
    Jacob a été épris de Rachel et submergé d’émotions, discernant sûrement l’orchestration divine dans cette rencontre.

  13. Dès que Laban eut entendu parler de Jacob, fils de sa soeur, il courut au-devant de lui, il l’embrassa et le baisa, et il le fit venir dans sa maison. Jacob raconta à Laban toutes ces choses.
  14. Et Laban lui dit : Certainement, tu es mon os et ma chair. Jacob demeura un mois chez Laban.
  15. Puis Laban dit à Jacob : Parce que tu es mon parent, me serviras-tu pour rien ? Dis-moi quel sera ton salaire.

    Genèse 29:14-15
    Jacob travaillait pendant qu’il résidait chez son oncle Laban. Ce dernier voulait rémunérer Jacob pour son travail, estimant qu’il devrait être indemnisé même s’il faisait partie de la famille. Jacob s’occupait des troupeaux de Laban.

  16. Or, Laban avait deux filles : l’aînée s’appelait Léa, et la cadette Rachel.
  17. Léa avait les yeux délicats ; mais Rachel était belle de taille et belle de figure.

    « Léa avait les yeux délicats » : une expression signifiant qu’elle n’était pas spécialement belle ou attirante.

  18. Jacob aimait Rachel, et il dit : Je te servirai sept ans pour Rachel, ta fille cadette.
  19. Et Laban dit : J’aime mieux te la donner que de la donner à un autre homme. Reste chez moi !
  20. Ainsi Jacob servit sept années pour Rachel : et elles furent à ses yeux comme quelques jours, parce qu’il l’aimait.

    Genèse 29:18-20
    Jacob a proposé de travailler pendant sept ans afin de pouvoir épouser Rachel. La culture de l’époque permettait une telle entente.

  21. Ensuite Jacob dit à Laban : Donne-moi ma femme, car mon temps est accompli : et j’irai vers elle.

    « … j’irai vers elle » signifie « je veux m’unir à elle » (Traduction Parole de vie) ou plus précisément : « maintenant, je veux coucher avec elle » (Bible des Peuples). Remarquons que même si Jacob était épris de Rachel, il avait suffisamment de maîtrise de soi et de respect pour Dieu, lui-même et pour elle qu’il attendrait patiemment sept ans avant d’être intime avec la femme qu’il aimait. Contrairement à la pensée mondaine, puisse cette histoire servir d’exemple révélant qu’il est encore possible d’attendre d’être marié avant d’être sexuellement intime.

  22. Laban réunit tous les gens du lieu, et fit un festin.

    Le festin décrit le mariage de Jacob et de Rachel, qui fut en réalité, le mariage de Jacob et de Léa.

  23. Le soir, il prit Léa, sa fille, et l’amena vers Jacob, qui s’approcha d’elle.

    Tout comme Jacob avait trompé son frère Ésaü (Genèse 27:35-36), la loi spirituelle des semences et des récoltes (voir notes sur Genèse 8:22) produisit une moisson de tromperie dans sa propre vie. Laban, son oncle, tromperait Jacob en lui donnant Léa pour épouse au lieu de Rachel. | Un lecteur moderne de la Bible pourrait questionner comment Jacob a pu avoir des relations sexuelles avec Léa sans réaliser qu’elle n’était pas sa Rachel tant désirée ? Est-il possible que Léa était voilée et que leur union se soit déroulée dans l’obscurité ? Sûrement, Léa n’a jamais parlé à Jacob jusqu’au lendemain matin. Est-il aussi possible que Jacob ait eu un tel désir d’être avec Rachel qu’il était persuadé qu’il était enfin avec elle ? La Bible ne donne aucun détail sur la façon dont cette supercherie s’est produite mais nous savons que Léa a participé à cette tromperie, possiblement obligée par son père malhonnête.

  24. Et Laban donna pour servante à Léa, sa fille, Zilpa, sa servante.
  25. Le lendemain matin, voilà que c’était Léa. Alors Jacob dit à Laban : Qu’est-ce que tu m’as fait ? N’est-ce pas pour Rachel que j’ai servi chez toi ? Pourquoi m’as-tu trompé ?
  26. Laban dit : Ce n’est point la coutume dans ce lieu de donner la cadette avant l’aînée.
  27. Achève la semaine avec celle-ci, et nous te donnerons aussi l’autre pour le service que tu feras encore chez moi pendant sept nouvelles années.

    Genèse 29:26-27
    Laban a déclaré qu’il était culturellement inacceptable de donner la plus jeune fille en mariage avant l’aînée. Que ce soit vrai ou non, une chose est certaine, Laban avait été malhonnête, ayant caché ce « fait culturel » à Jacob. Lorsque que nous lisons que Jacob devrait travailler sept ans de plus pour Rachel, cela n’indique pas que Jacob épouserait Rachel seulement dans sept ans. Non, Jacob attendrait une seule semaine, « achève la semaine avec celle-ci [Léa] », puis il serait uni à Rachel (Genèse 29:30). Jacob accepta donc de régler sa dette envers Laban pendant les sept prochaines années. Finalement, Jacob travailla quatorze ans pour Rachel.

  28. Jacob fit ainsi, et il acheva la semaine avec Léa ; puis Laban lui donna pour femme Rachel, sa fille.

    À ce stade de l’histoire, Jacob avait deux femmes : Léa et Rachel. Découvrez l’annotation de Genèse 4:19 pour plus d’informations sur la polygamie dans la Bible.

  29. Et Laban donna pour servante à Rachel, sa fille, Bilha, sa servante.
  30. Jacob alla aussi vers Rachel, qu’il aimait plus que Léa ; et il servit encore chez Laban pendant sept nouvelles années.
  31. L’Éternel vit que Léa n’était pas aimée ; et il la rendit féconde, tandis que Rachel était stérile.

    Dieu a vu la situation difficile de Léa, et, dans sa compassion, la rendit féconde. Léa devint la mère de Ruben, Siméon, Lévi, Juda, un ancêtre du roi David et un ancêtre du Seigneur Jésus-Christ.

  32. Léa devint enceinte, et enfanta un fils, à qui elle donna le nom de Ruben ; car elle dit : L’Éternel a vu mon humiliation, et maintenant mon mari m’aimera.
  33. Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : L’Éternel a entendu que je n’étais pas aimée, et il m’a aussi accordé celui-ci. Et elle lui donna le nom de Siméon.
  34. Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Pour cette fois, mon mari s’attachera à moi ; car je lui ai enfanté trois fils. C’est pourquoi on lui donna le nom de Lévi.
  35. Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Cette fois, je louerai l’Éternel. C’est pourquoi elle lui donna le nom de Juda. Et elle cessa d’enfanter.

Êtes-vous béni par le travail effectué par l’équipe du département « Les publications Victoire » ?

Avez-vous pensé à être un canal de bénédiction vous-même ?

Si vous avez à coeur de servir le seigneur Jésus avec les talents que Dieu vous donné, inscrivez-vous et recevez un document de présentation du département, un mot du directeur et plusieurs catégories de services potentiels (transcription, relecture orthographique, gestion de contenu, organisation, graphisme, …).

Prenez votre place à nos côtés pour glorifier Dieu avec vos capacités et des actions concrètes.