Genèse 20

  1. Abraham partit de là pour la contrée du midi ; il s’établit entre Kadès et Schur, et fit un séjour à Guérar.
  2. Abraham disait de Sara, sa femme : C’est ma soeur. Abimélec, roi de Guérar, fit enlever Sara.

    Abraham avait épousé sa demi-sœur, la fille de son père mais pas de sa mère. Cette demi-vérité a créé une situation malheureuse pour Sara : elle a été enlevée par le roi Abimélec. Si Abraham n’avait pas cédé à la peur, s’il avait parlé honnêtement, s’il était resté dans la foi, cet épisode ne se serait jamais produit.

    Voir la clarification théologique en bas de ce commentaire.

  3. Alors Dieu apparut en songe à Abimélec pendant la nuit, et lui dit : Voici, tu vas mourir à cause de la femme que tu as enlevée, car elle a un mari.

    Tout au long de la Bible, nous lisons que Dieu parlait aux hommes dans des songes (des rêves), qu’ils soient croyants ou non. Sachez que Dieu parle encore aux hommes, en rêve, aujourd’hui. | Sarah n’était pas considérée par le Seigneur comme étant la sœur d’Abraham mais comme sa femme. Le Seigneur a donc menacé son ravisseur afin qu’il la rende à son époux. | Allez plus loin dans votre étude sur les rêves dans « Lumière Prophétique ».

  4. Abimélec, qui ne s’était point approché d’elle, répondit : Seigneur, ferais-tu périr même une nation juste ?
  5. Ne m’a-t-il pas dit : C’est ma soeur ? et elle-même n’a-t-elle pas dit : C’est mon frère ? J’ai agi avec un coeur pur et avec des mains innocentes.
  6. Dieu lui dit en songe : Je sais que tu as agi avec un coeur pur ; aussi t’ai-je empêché de pécher contre moi. C’est pourquoi je n’ai pas permis que tu la touchasses.
  7. Maintenant, rends la femme de cet homme ; car il est prophète, il priera pour toi, et tu vivras. Mais, si tu ne la rends pas, sache que tu mourras, toi et tout ce qui t’appartient.

    Genèse 20:4-7
    Remarquez que le roi Abimélec a eu une conversation entière avec le Seigneur dans son rêve. Il aurait pu considérer cet échange comme étant un simple rêve, mais il comprenait que les révélations et les expériences spirituelles pouvaient être reçues pendant que l’on dort. | Il serait profitable pour les croyants d’aujourd’hui de comprendre que nous pouvons en effet expérimenter une rencontre spirituelle avec le Seigneur pendant que nous dormons : « Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde. Il parle par des songes, par des visions nocturnes, quand les hommes sont livrés à un profond sommeil, quand ils sont endormis sur leur couche. Alors il leur donne des avertissements et met le sceau à ses instructions, afin de détourner l’homme du mal et de le préserver de l’orgueil, afin de garantir son âme de la fosse et sa vie des coups du glaive. » (Job 33:14-18).

    Le roi Abimélec devait rendre Sara à son mari et Abraham, un homme de l’alliance, devait prier pour lui afin que la condamnation à la mort soit annulée. | Même dans l’Ancien Testament, nous voyons qu’un vrai prophète de Dieu pouvait encore rater la cible. L’office du prophète ne rend pas un ministre parfait et infaillible. Certes, un véritable prophète de Dieu parlait au nom du Seigneur avec justesse, mais cela ne signifie pas que sa propre vie était immaculée. Comprenons donc que les ministères prophétiques modernes ne sont pas non plus infaillibles et, pouvons-nous ajouter, leur ministère est différent aujourd’hui. Allez plus loin dans votre étude sur l’office du prophète dans « Lumière Prophétique ».

  8. Abimélec se leva de bon matin, il appela tous ses serviteurs, et leur rapporta toutes ces choses ; et ces gens furent saisis d’une grande frayeur.
  9. Abimélec appela aussi Abraham, et lui dit : Qu’est-ce que tu nous as fait ? Et en quoi t’ai-je offensé, que tu aies fait venir sur moi et sur mon royaume un si grand péché ? Tu as commis à mon égard des actes qui ne doivent pas se commettre.
  10. Et Abimélec dit à Abraham : Quelle intention avais-tu pour agir de la sorte ?
  11. Abraham répondit : Je me disais qu’il n’y avait sans doute aucune crainte de Dieu dans ce pays, et que l’on me tuerait à cause de ma femme.
  12. De plus, il est vrai qu’elle est ma soeur, fille de mon père ; seulement, elle n’est pas fille de ma mère ; et elle est devenue ma femme.
  13. Lorsque Dieu me fit errer loin de la maison de mon père, je dis à Sara : Voici la grâce que tu me feras ; dans tous les lieux où nous irons, dis de moi : C’est mon frère.

    Genèse 20:10-13
    Le roi Abimélec a interrogé Abraham sur le motif de sa tromperie. Abraham s’est justifié en répétant la même demi-vérité que Dieu n’avait pas acceptée.

  14. Abimélec prit des brebis et des boeufs, des serviteurs et des servantes, et les donna à Abraham ; et il lui rendit Sara, sa femme.
  15. Abimélec dit : Voici, mon pays est devant toi ; demeure où il te plaira.
  16. Et il dit à Sara : Voici, je donne à ton frère mille pièces d’argent ; cela te sera un voile sur les yeux pour tous ceux qui sont avec toi, et auprès de tous tu seras justifiée.

    Genèse 20:14-16
    Le roi Abimélec a rendu Sara à Abraham avec des cadeaux : des animaux, des servantes et des serviteurs, l’offre de terres gratuites et de l’argent. Ces cadeaux étaient sa façon d’enlever la honte de Sara à propos de l’incident.

  17. Abraham pria Dieu, et Dieu guérit Abimélec, sa femme et ses servantes ; et elles purent enfanter.
  18. Car l’Éternel avait frappé de stérilité toute la maison d’Abimélec, à cause de Sara, femme d’Abraham.

    Genèse 20:17-18
    Abraham, un homme de l’alliance, a prié pour ceux qui n’avaient pas une alliance avec l’Éternel. En conséquence, la guérison fut accordée au roi Abimélec, sa femme et ses serviteurs.

Clarification théologique

Les Écritures condamnent clairement l’inceste, et pourtant Abraham a épousé Sara, sa demi-sœur. Comment était-ce possible ?

« Nul de vous ne s’approchera de sa parente, pour découvrir sa nudité. Je suis l’Éternel. » (Lévitique 18:6) ; « Si un homme prend sa soeur, fille de son père ou fille de sa mère, s’il voit sa nudité et qu’elle voie la sienne, c’est une infamie ; ils seront retranchés sous les yeux des enfants de leur peuple: il a découvert la nudité de sa soeur, il portera la peine de son péché. » (Lévitique 20:17) ; « Maudit soit celui qui couche avec sa soeur, fille de son père ou fille de sa mère ! » (Deutéronome 27:22) : les lois sur l’inceste seront données par Moïse 500 ans après Abraham.

Les termes sœur et frère sont utilisés avec une grande latitude dans la Bible. En parlant d’Abraham : « Il ramena toutes les richesses ; il ramena aussi Lot, son frère, avec ses biens, ainsi que les femmes et le peuple. » (Genèse 14:16). Nous savons que Lot était en fait, le neveu d’Abraham. Donc, pour ces deux raisons, nous ne pouvons conclure qu’Abraham était fautif.

Il est aussi entendu que les débuts de l’humanité nécessitèrent des relations frère/sœur. Cependant, ces relations existaient avant la promulgation des lois interdisant l’inceste.