Genèse 16

  1. Saraï, femme d’Abram, ne lui avait point donné d’enfants. Elle avait une servante Égyptienne, nommée Agar.
  2. Et Saraï dit à Abram : Voici, l’Éternel m’a rendue stérile ; viens, je te prie, vers ma servante ; peut-être aurai-je par elle des enfants. Abram écouta la voix de Saraï.

    Trop impatiente, Saraï a conçu un plan charnel afin d’amener à l’existence l’enfant de la promesse. Au lieu d’écouter la voix du Seigneur et de demeurer dans la foi avec patience, Abram a obéi à la voix de Saraï.

  3. Alors Saraï, femme d’Abram, prit Agar, l’Égyptienne, sa servante, et la donna pour femme à Abram, son mari, après qu’Abram eut habité dix années dans le pays de Canaan.

    Abram a pris Agar comme une deuxième épouse et concubine (découvrez l’annotation de Genèse 4:19 pour plus d’informations sur la polygamie dans la Bible). « Une concubine était une femme, souvent une servante ou une esclave, qui vivait avec un homme comme si elle était sa femme, ayant des relations sexuelles avec lui et portant ses enfants. Lorsque sa femme était incapable de produire un héritier, prendre une concubine était une solution courante dans les temps anciens. Mais une concubine détenait un « statut d’épouse secondaire », inférieur à celui de l’épouse principale. La position de la concubine, bien que subordonnée à son maître et à sa maîtresse, était permanente. Les concubines étaient fournies et protégées comme faisant partie de la famille. » (Source : https://www.gotquestions.org/how-many-wives-did-Abraham-have.html) | Galates 4:24-26 déclare que ces deux femmes, Saraï et Agar, représentent deux alliances : l’une d’œuvres et l’autre de grâce. Les œuvres humaines exigent un effort humain et produisent du chagrin. La grâce divine reçoit la provision divine et produit une grande joie.

  4. Il alla vers Agar, et elle devint enceinte. Quand elle se vit enceinte, elle regarda sa maîtresse avec mépris.

    La chair enfante l’orgueil et le mépris.

  5. Et Saraï dit à Abram : L’outrage qui m’est fait retombe sur toi. J’ai mis ma servante dans ton sein ; et, quand elle a vu qu’elle était enceinte, elle m’a regardée avec mépris. Que l’Éternel soit juge entre moi et toi !
  6. Abram répondit à Saraï : Voici, ta servante est en ton pouvoir, agis à son égard comme tu le trouveras bon. Alors Saraï la maltraita ; et Agar s’enfuit loin d’elle.

    Abram ne semble pas avoir d’affection pour Agar. Il parle d’elle uniquement en terme de servante de Saraï.

  7. L’ange de l’Éternel la trouva près d’une source d’eau dans le désert, près de la source qui est sur le chemin de Schur.
  8. Il dit : Agar, servante de Saraï, d’où viens-tu, et où vas-tu ? Elle répondit : Je fuis loin de Saraï, ma maîtresse.
  9. L’ange de l’Éternel lui dit : Retourne vers ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main.

    Genèse 16:7-9
    L’Ange de l’Éternel, Jésus dans un état pré-incarné, rencontre Agar dans le désert. | Pourquoi le Seigneur demande t-il à Agar ce qu’il sait déjà à son sujet ? De toute évidence, il voulait qu’elle se souvienne d’où elle venait et qu’elle se repente auprès de Saraï pour son mépris fondé sur l’orgueil qui l’avait conduite au désert : « Retourne vers ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main ».

  10. L’ange de l’Éternel lui dit : Je multiplierai ta postérité, et elle sera si nombreuse qu’on ne pourra la compter.

    Puisque Dieu avait déjà promis à Abram : « Je ferai de toi une grande nation » (Genèse 12:2), cette promesse incluait désormais le fruit du sein d’Agar.

  11. L’ange de l’Éternel lui dit : Voici, tu es enceinte, et tu enfanteras un fils, à qui tu donneras le nom d’Ismaël ; car l’Éternel t’a entendue dans ton affliction.

    Lorsque le Seigneur corrige, il trouve aussi un moyen d’encourager, d’édifier et de semer des paroles de consolation. L’Éternel entendit Agar dans son affliction. Le nom Ismaël signifie justement « Dieu entend ».

  12. Il sera comme un âne sauvage ; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui ; et il habitera en face de tous ses frères.

    L’Ange de l’Éternel avait prophétisé correctement sur Ismaël, le père du peuple arabe : « Ton fils sera comme un âne sauvage. Il luttera contre tout le monde, et tout le monde luttera contre lui. Il vivra seul, à l’écart de tous ses frères. » (Traduction Parole de vie). Ismaël fut un homme de violence, dans une lutte constante contre tous. Cette parole est une vérité vérifiable aujourd’hui : Les descendants d’Ismaël sont à l’écart de leurs frères arabes (divisés dans plusieurs sectes différentes) ainsi que de leurs demi-frères, les descendants d’Isaac, le peuple d’Israël.

  13. Elle appela Atta El roï le nom de l’Éternel qui lui avait parlé ; car elle dit : Ai-je rien vu ici, après qu’il m’a vue ?
  14. C’est pourquoi l’on a appelé ce puits le puits de Lachaï roï ; il est entre Kadès et Bared.

    Signifiant le puits du Dieu vivant qui voit.

  15. Agar enfanta un fils à Abram ; et Abram donna le nom d’Ismaël au fils qu’Agar lui enfanta.
  16. Abram était âgé de quatre-vingt-six ans lorsqu’Agar enfanta Ismaël à Abram.

    Abram attendrait encore 14 ans avant la naissance de son fils promis, Isaac.