Psaume 16

  1. Hymne de David. Garde-moi, ô Dieu ! car je cherche en toi mon refuge.

    Ce psaume est prophétique dans le sens que le roi David parla au nom du « Fils de David » : Jésus-Christ (Matthieu 1:1). Les quatre premiers versets pourraient concerner David personnellement.

  2. Je dis à l’Éternel : tu es mon seigneur, tu es mon souverain bien !
  3. Les saints qui sont dans le pays, les hommes pieux sont l’objet de toute mon affection.

    Psaume 16:2-3
    Le « Fils de David », Jésus-Christ, aima son père ainsi que les hommes. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jean 15:13).

  4. On multiplie les idoles, on court après les dieux étrangers : je ne répands pas leurs libations de sang, je ne mets pas leurs noms sur mes lèvres.

    Le Seigneur ne prendrait pas part aux rites des païens et ne reconnaît pas la valeur de leurs offrandes.

  5. L’Éternel est mon partage et mon calice ; c’est toi qui m’assures mon lot ;

    L’Éternel est son unique partage et son assurance. Le « Fils de David » fut loyal, servant exclusivement son père. Il lui était totalement soumis : « Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » (Matthieu 26:39).

  6. Un héritage délicieux m’est échu, une belle possession m’est accordée.

    L’héritage de Christ comprend le rachat de la terre (Apocalypse 21-22) et de l’humanité (Galates 3:13-15). | Le « Fils de David » devait recevoir une famille en héritage, une race d’hommes et de femmes nés de nouveau, grâce à son sacrifice par amour pour eux. | L’héritage d’une nouvelle race d’hommes nouveaux-nés : « Mais vous, vous êtes la race choisie, la communauté des prêtres du roi, la nation sainte… » (1 Pierre 2:9, traduction Parole de vie) ; « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5:17) ; « Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise à la vanité, non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. » (Romains 8:19-21) ; « Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste. » (1 Corinthiens 15:49) ; « Tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. » (1 Jean 5:4) ; « Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus Christ lui seul. » (Romains 5:17).

  7. Je bénis l’Éternel, mon conseiller ; la nuit même mon coeur m’exhorte.
  8. J’ai constamment l’Éternel sous mes yeux ; quand il est à ma droite, je ne chancelle pas.
  9. Aussi mon coeur est dans la joie, mon esprit dans l’allégresse, et mon corps repose en sécurité.

    Psaume 16:7-9
    En gardant ses yeux fixés sur l’Éternel, peu importe l’opposition et le poids de la pression, la paix fut le lot de Jésus.

  10. Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, tu ne permettras pas que ton bien-aimé voie la corruption.

    Ce verset prouve clairement que ce psaume se réfère au « Fils de David », Jésus-Christ, car le roi David n’expérimenta jamais ce que dit ce texte : David est bel et bien mort et sa chair a vu la corruption. Ce verset concerne donc Jésus-Christ qui ne vit jamais la corruption, car il ne demeura pas dans le tombeau. Quoi que Jésus fut vraiment descendu dans le séjour des morts (Matthieu 12:40), le Père ne l’a pas oublié là-bas, mais l’Esprit de Dieu le ressuscita : « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. » (Romains 8:11). | Lisons aussi un verset similaire dans psaume 16:10 : « Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, tu ne permettras pas que ton bien-aimé [se référant à Jésus] voie la corruption ». Actes 2:27 précise : « Car tu n’abandonneras pas mon âme dans le séjour des morts, et tu ne permettras pas que ton saint voie la corruption. ». Actes 2:31 rajoute que « … sa chair ne verrait pas la corruption. ». En lisant les psaumes qui prophétisent la venue du sauveur du monde, nous ne pouvons être que reconnaissants pour le merveilleux plan de rédemption de notre père céleste.

  11. Tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite.

    Jésus connut la mort mais aussi « le sentier de la vie », car la mort ne pouvait le retenir : « Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle. » (Actes 2:24). Jésus n’eut jamais commis de péché alors, même s’il avait payé la dette des pécheurs, il demeura parfait et innocent. Jésus ne pouvait pas être gardé dans le séjour des morts.