Psaume 18

  1. Au chef des chantres. Du serviteur de l’Éternel, de David, qui adressa à l’Éternel les paroles de ce cantique, lorsque l’Éternel l’eut délivré de la main de tous ses ennemis et de la main de Saül. Il dit :

    Ce psaume, un récit concernant la délivrance du roi David qui fut délivré de son ennemi, le roi Saül, est presque identique à celui de 2 Samuel 22. Si le Saint-Esprit a cru bon d’inclure ce texte à 2 reprises dans les écritures, nous devons conclure qu’il est très important ! | La clé de l’interprétation de ce chapitre se retrouve au dernier verset. Dieu est miséricordieux envers le roi David, et envers sa postérité : le « Fils de David », Jésus-Christ. Tout ce chapitre concerne donc Jésus-Christ.

  2. Je t’aime, ô Éternel, ma force !
  3. Éternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur ! Mon Dieu, mon rocher, où je trouve un abri ! Mon bouclier, la force qui me sauve, ma haute retraite !
  4. Je m’écrie : Loué soit l’Éternel ! Et je suis délivré de mes ennemis.
  5. Les liens de la mort m’avaient environné, et les torrents de la destruction m’avaient épouvanté ;

    Si le roi Saül avait pu tuer David, et même l’envoyer en enfer, il l’aurait sûrement fait ! Nous savons que Saül était très jaloux de David et rempli de haine contre lui.

  6. Les liens du sépulcre m’avaient entouré, les filets de la mort m’avaient surpris.

    Ce chapitre prophétique concerne la postérité du roi David, le « Fils de David », Jésus-Christ, et ce, de la croix jusqu’à sa victoire apocalyptique lors de la grande bataille de l’Harmaguédon (Apocalypse 16:16) : « Le terme “Armageddon” vient de l’hébreu Har-Magedone, qui signifie “Montagne de Meguiddo”, et est devenu synonyme de la future bataille au cours de laquelle Dieu interviendra et détruira les armées de l’Antéchrist, comme annoncé par les prophéties bibliques (Apocalypse 16:16, 20:1-3, 7-10). Une multitude de personnes seront engagées dans cette bataille : toutes les nations s’assembleront pour combattre Christ. » (source : https://www.gotquestions.org/Francais/bataille-Armageddon.html).

  7. Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel, j’ai crié à mon Dieu ; de son palais, il a entendu ma voix, et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles.
  8. La terre fut ébranlée et trembla, les fondements des montagnes frémirent, et ils furent ébranlés, parce qu’il était irrité.

    Un rappel de Matthieu 27:51, au moment de la mort du seigneur Jésus : « Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent. ».

  9. Il s’élevait de la fumée dans ses narines, et un feu dévorant sortait de sa bouche : il en jaillissait des charbons embrasés.

    Le péché attire la colère divine. Notons que le Père n’a jamais été en colère contre son Fils parfait, mais contre le péché qu’il porta sur la croix (voir 2 Corinthiens 5:21).

  10. Il abaissa les cieux, et il descendit : il y avait une épaisse nuée sous ses pieds.

    Un rappel de Matthieu 27:45, au moment de la mort du seigneur Jésus : « Depuis la sixième heure jusqu’à la neuvième, il y eut des ténèbres sur toute la terre. ».

  11. Il était monté sur un chérubin, et il volait, il planait sur les ailes du vent.
  12. Il faisait des ténèbres sa retraite, sa tente autour de lui, il était enveloppé des eaux obscures et de sombres nuages.
  13. De la splendeur qui le précédait s’échappaient les nuées, lançant de la grêle et des charbons de feu.
  14. L’Éternel tonna dans les cieux, le Très-Haut fit retentir sa voix, avec la grêle et les charbons de feu.
  15. Il lança ses flèches et dispersa mes ennemis, il multiplia les coups de la foudre et les mit en déroute.
  16. Le lit des eaux apparut, les fondements du monde furent découverts, par ta menace, ô Éternel ! Par le bruit du souffle de tes narines.
  17. Il étendit sa main d’en haut, il me saisit, il me retira des grandes eaux ;
  18. Il me délivra de mon adversaire puissant, de mes ennemis qui étaient plus forts que moi.
  19. Ils m’avaient surpris au jour de ma détresse ; mais l’Éternel fut mon appui.
  20. Il m’a mis au large, il m’a sauvé, parce qu’il m’aime.

    Psaume 18:11-20
    Ces nombreux faits arrivèrent dans le monde spirituel lorsque Jésus fut crucifié.

  21. L’Éternel m’a traité selon ma droiture, il m’a rendu selon la pureté de mes mains ;

    Jésus était innocent et irréprochable. Il avait les mains pures (voir aussi Psaume 24).

  22. Car j’ai observé les voies de l’Éternel, et je n’ai point été coupable envers mon Dieu.
  23. Toutes ses ordonnances ont été devant moi, et je ne me suis point écarté de ses lois.
  24. J’ai été sans reproche envers lui, et je me suis tenu en garde contre mon iniquité.

    Nous savons que Jésus n’a jamais péché, alors il n’avait pas d’iniquité en lui. Ceci dit, ce verset se réfère à l’iniquité tel que proposé par le diable, mais résisté par Jésus.

  25. Aussi l’Éternel m’a rendu selon ma droiture, selon la pureté de mes mains devant ses yeux.
  26. Avec celui qui est bon tu te montres bon, avec l’homme droit tu agis selon la droiture,
  27. Avec celui qui est pur tu te montres pur, et avec le pervers tu agis selon sa perversité.
  28. Tu sauves le peuple qui s’humilie, et tu abaisses les regards hautains.

    « … Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. » (1 Pierre 5:5).

  29. Oui, tu fais briller ma lumière ; l’Éternel, mon Dieu, éclaire mes ténèbres.
  30. Avec toi je me précipite sur une troupe en armes, avec mon Dieu je franchis une muraille.
  31. Les voies de Dieu sont parfaites, la parole de l’Éternel est éprouvée ; il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en lui.

    Amen ! Les voies de Dieu sont aussi pures et exemptées de toutes formes de péché ! Dieu ne vous demandera jamais d’emprunter les voies du péché afin d’accomplir sa volonté. Si vous devez agir comme le monde pour « réussir », votre « succès » est un échec selon Dieu. Si vos « progrès » arrivent en empruntant le chemin de la rébellion, le déshonneur et la trahison, vous avez, en fait, reculé sans même le réaliser. Véritablement, « les voies de Dieu sont parfaites ». Marchons donc selon ses voies parfaites et soyons de bons modèles de son royaume. | Découvrez les notes « Dieu mon bouclier » afin d’approfondir vos connaissances sur ce sujet.

  32. Car qui est Dieu, si ce n’est l’Éternel ; et qui est un rocher, si ce n’est notre Dieu ?
  33. C’est Dieu qui me ceint de force, et qui me conduit dans la voie droite.
  34. Il rend mes pieds semblables à ceux des biches, et il me place sur mes lieux élevés.
  35. Il exerce mes mains au combat, et mes bras tendent l’arc d’airain.

    Même si les ennemis de Christ, comme les scribes, les pharisiens et les sadducéens, exerçaient ses « mains au combat », c’est-à-dire, s’opposaient constamment au Seigneur, le bras du Seigneur était victorieux sur eux. En fait, Jésus savait comment leur répondre avec sagesse, déjouant leurs multiples pièges.

  36. Tu me donnes le bouclier de ton salut, ta droite me soutient, et je deviens grand par ta bonté.
  37. Tu élargis le chemin sous mes pas, et mes pieds ne chancellent point.
  38. Je poursuis mes ennemis, je les atteins, et je ne reviens pas avant de les avoir anéantis.
  39. Je les brise, et ils ne peuvent se relever ; ils tombent sous mes pieds.
  40. Tu me ceins de force pour le combat, tu fais plier sous moi mes adversaires.
  41. Tu fais tourner le dos à mes ennemis devant moi, et j’extermine ceux qui me haïssent.
  42. Ils crient, et personne pour les sauver ! Ils crient à l’Éternel, et il ne leur répond pas!
  43. Je les broie comme la poussière qu’emporte le vent, je les foule comme la boue des rues.
  44. Tu me délivres des dissensions du peuple ; tu me mets à la tête des nations ; un peuple que je ne connaissais pas m’est asservi.

    Plusieurs non-Juifs servent aujourd’hui le roi Jésus.

  45. Ils m’obéissent au premier ordre, les fils de l’étranger me flattent;
  46. Les fils de l’étranger sont en défaillance, ils tremblent hors de leurs forteresses.
  47. Vive l’Éternel, et béni soit mon rocher ! Que le Dieu de mon salut soit exalté,
  48. Le Dieu qui est mon vengeur, qui m’assujettit les peuples,
  49. Qui me délivre de mes ennemis ! Tu m’élèves au-dessus de mes adversaires, tu me sauves de l’homme violent.
  50. C’est pourquoi je te louerai parmi les nations, ô Éternel ! Et je chanterai à la gloire de ton nom.
  51. Il accorde de grandes délivrances à son roi, et il fait miséricorde à son oint, à David, et à sa postérité, pour toujours.

    Une fois de plus, la clé de l’interprétation de ce chapitre se retrouve dans ce verset. Dieu est miséricordieux envers le roi David, et à sa postérité : le « Fils de David », Jésus-Christ. Tout ce chapitre concerne donc Jésus-Christ.